Christian Lacroix, commissaire de sa propre exposition!

Sacré relique. Haute Couture Christian Lacroix, A/H 2002/03, Modèle n°39. Robe de mariée à bustier, basque et jupe de brocart coq de roche rebrodé sur fond d'organza rosé appliqué de dentelle métallique, manches articulées couleur or. Archives Christian Lacroix (c) Grégoire AlexandreChristian Lacroix, Histoires de Mode

Jusqu’au 6 avril 2008 (Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Musée des arts décoratifs, de la mode et du textile
, 107, rue de Rivoli 75001, 01 44 55 57 50, 8€

En l’honneur des 20 ans de la maison de couture Christian Lacroix, le musée de la Mode et du Textile invite le brillant créateur à présenter sa première exposition monographique. “Histoires de Mode” est une exposition inédite, dont les textes et le choix des vêtements ont été personnellement supervisés par Christian Lacroix himself!

Toile d'araignée. Manteau 'cage', Elsa Schiaparelli, été 1937. Résille de crin noir, bordé de tresse de même crin. Musée de la Mode et du Textile, Coll. UFAC (c) Grégoire AlexandreCes histoires de mode dans l’Histoire de la Mode sont racontées de façon subjective et poétique par un créateur qui rêvait d’être conservateur de musée, dans sa jeunesse.

Christian Lacroix naît en 1951 à Arles, ville colorée et chaleureuse qui reste une source d’inspiration primordiale dans nombre de ses créations. Passioné d’art, il entreprend des études en histoire de l’art à Montpellier, puis à la Sorbonne à Paris et rejoint l’Ecole du Louvre. Là, il rencontre Jean-Jacques Picart, attaché de presse, notamment d’Hermès, Guy Paulin et Jean Patou. Chez qui il finit par entrer en 1981. En 1987, il ouvre sa propre maison.

Couleur. Robe de bal, Jean Dessès, 1958-63. Satin duchesse fuchsia. Les Arts Décoratifs, musée de la Mode et du Textile (c) Grégoire AlexandrePour cette exposition, Christian Lacroix a longuement exploré les collections du musée de la Mode et du Textile pour en extraire quelques riches spécimens – accrochés sur des cintres, alignés sur un portant – illustrant la mode du XVIIIe siècle à nos jours. Parallèlement, quelques mannequins sont habillés de ses propres créations Carreaux. Ensemble de deux pièces. Yohji Yamamoto, A/H 2003/04. Lainage pied-de-poule voilé de mousseline de soie, bas entièrement baleiné, coupé à cru. Musée de la Mode et du Textile, Coll. Les Arts Décoratifs. Bump dress. Comme des Garçons, P/E 1997. Jersey stretch, imprimé vichy, encolure montante, bourrelet recouvert de même intégré à la coupe pour entourer la taille. Musée de la Mode et du Textile, Coll. Les Arts Décoratifs (c) Grégoire AlexandreHaute Couture.

Christian Lacroix a ainsi conçu, comme le précise le texte d’introduction, une exposition où “des lieux, des époques qui n’avaient strictement rien à voir entre eux et qui, frottés comme un silex, font naître une étrangeté (étrange, étranger) d’actualité”.

Publicité

Rayures. Haute Couture Christian Lacroix, A/H 1987/88. Modèle n°36 'Cigale'. Robe en dentelle noire à jupe de satin rayé, noir et blanc, parements de dentelle blanche et fichu de satin rouge. Archives Christian Lacroix. Haute Couture Christian Lacroix A/H 2002/03. Modèle n°15. Manteau-soutane en jersey noir à dos de satin à larges rayures ivoire et noir retenu par un lien de satin rouge. Tunique de Chantilly rouge à jabot de Chantilly chair. Archives Christian Lacroix (c) Grégoire AlexandreEn effet, la présentation des 400 vêtements choisis selon des thèmes aussi diverses que les rayures, les pois, les carreaux, le matelassage, le tweed, le blanc, le noir, les fleurs, l’ethnique, etc., laisse place à une profusion surprenante de couleurs, d’associations impensables. C. Lacroix aime confronter le bon goût en couplant des tons a priori non complémentaires (vert-marron, rouge-orange), il aime le rouge qui donne bonne mine, mais aussi le noir (cf. dernière salle) que les critiques oublient souvent de mentionner.

Les textes écrits de la main du créateur reflètent l’extravagance de sa personnalité, tout en cherchant à l’expliquer par des souvenirs d’enfance introspectifs. Mais, ils mettent surtout en exergue l’étendue de sa culture, qui, au-delà de ce bienheureux savoir, lui permet de créer des costumes d’opéra et de théâtre, et lui offre une ouverture d’esprit, qui l’incite à tout explorer, de la création d’une ligne de maison, aux arts de la table, de l’habillage du TGV Méditerranée au timbre de la Saint-Valetin. Absolument renversant!

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

3 réponses à Christian Lacroix, commissaire de sa propre exposition!

  1. CHRISTINE AYALA dit :

    J’ai eu l’occasion lors d’un séjour à Paris de voir l’exposition parisienne c’est absolument fabuleux.
    Habitant Salon de Provence j’attends avec joie l’expo à Arles et je m’en réjouis d’avance.
    Je suis moi même née à Arles (le 25 Juillet 1956) Christian Lacroix est mon couturier préféré cela vient peut-être de mes origines arlésiennes .
    Je n’ai malheureusement pas les moyens de m’habiller chez Christian Lacrox iet je le regrette , mais j’ai toutefois eu une fois l’opportunité de m’offrir une robe ( je me suis fais plaisir à l’occasion d’un mariage ) mais par malchance cette robe m’a été volé lors d’in cambriolage ;
    Encore merci à Monsieur Lacroix de nous faire rêver .
    Et à bientôt j’espère en Arles.
    Une arlésienne fan de Lacroix
    CHRISTINE AYALA

  2. denonnin dit :

    Bonjour, je suis allée voir l’exposition lacroix la semaine dernière, j’ai beaucoup aimé, je voudrais juste faire deux remarques:
    dommage que l’espace consacré aux défilés soit si inconfortable etcomporte si peu de sièges
    dommage aussi qu’on n’ait pas jugé utile d’exposer les chaussures, je n’en ai vu aucune et je regrette car c’est un accessoiretrès artistique aussi
    félicitations quand même, et j’espère une nouvelle exposition dans l’avenir

  3. Ping :La haute Couture italienne à son zénith - Artscape: Art, Culture & Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *