Séraphine, une peintre sans rivale


4 Flares Twitter 0 Facebook 3 Google+ 0 Pin It Share 0 LinkedIn 1 4 Flares ×

Affiche de l'exposition Séraphine, Musée Maillol (c) DRSéraphine

Jusqu’au 30 mars 2009

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Musée Maillol, 2e étage, 61, rue de Grenelle 75007

Suite à la sortie du film Séraphine de Martin Provost (avec Yolande Moreau et Ulrich Tukur), le musée Maillol présente dix-huit peintures de cette artiste autodidacte, qui peint en dehors de ses heures de ménage. Jusqu’à ce que son employeur, le notable allemand Wilhelm Uhde, perce à jour les talents cachés de sa domestique…

En 1912, le critique et collectionneur Wilhelm Uhde (1874-1947) – à qui l’on doit la découverte du Douanier Rousseau et qui a été l’un des premiers acheteurs de Picasso – s’installe à Senlis. Lors d’un dîner chez ses voisins, il découvre une peinture naïve qui le bouleverse. Gênés, ses hôtes lui révèlent que le peintre n’est autre…que sa propre femme de ménage!


Séraphine, Les Grappes de raisin, vers 1930. Huile sur toile. Collection Dina Vierny (c) Adagp, Paris 2008Séraphine Louis ( 1864- 1942) peint à même le sol dans sa chambre fermée à double tour. Des grappes de raisin, des entrelacs de branches fleuries, des gerbes de fleurs immenses. Des couleurs flamboyantes dont elle gardera toujours le secret. Les experts s’accordent à dire qu’elle utilise du Ripolin de droguerie, un peu d’huile volée sur l’autel de l’église, du sang pris chez le boucher, de la boue des champs…mais dans quelles proportions?

Séraphine peignant, vers 1924 (c) Musée MaillolAudodidacte, Séraphine découvre l’art en observant un professeur de dessin dans une institution de jeunes filles à Compiègne. En 1882, elle devient bonne à tout faire chez les soeurs de Saint-Joseph-de-Cluny à Senlis, avant de devenir femme de ménage (1906). Six ans plus tard, elle rencontre Wilhelm Udhe, qui l’encourage à travailler son art. « Vous êtes douée. Indéniablement douée. Mais il va falloir travailler beaucoup. Ne vous souciez plus jamais de ce que disent les autres. Ils n’y connaissent rien. »

Séraphine, Fleurs et fruits, vers 1920. Huile sur toile. Collection Dina Vierny (c) Adagp, Paris 2008Loin de tout réalisme, les motifs botaniques de Séraphine témoignent de la communion de l’artiste avec la nature, dans un acte d’action de grâce au Dieu créateur. Profondément croyante, Séraphine affirme avoir reçu la révélation de peindre par son ange-gardien alors qu’elle prie dans la cathédrale de Senlis (1900), puis par la Vierge Marie elle-même.

La Guerre de 1914 contraint son protecteur, W. Uhde à rejoindre l’Allemagne après la saisie de ses biens. Sa collection de tableaux est vendue aux enchères. Wilhelm revient en France en 1927 et s’installe à Chantilly. Il redécouvre Séraphine par hasard, lors d’une exposition de peintres locaux à Senlis, et décide de soutenir sa carrière. Séraphine abandonne ses « travaux noirs » (le ménage) pour se consacrer à sa peinture.

En 1929, W. Udhe organise une exposition – Les Peintres du Coeur Sacré (il n’aime pas l’expression « naïf »). Des collectionneurs privés achètent les oeuvres de Séraphine. Un an plus tard, la crise touche les collectionneurs; les toiles de Séraphine ne se vendent plus, ce qui l’affecte durement. Sa stabilité mentale se détériore. Elle harangue les passants, annonce l’apocalypse, hurle à la persécution.

Dans une crise de délire (1932), Séraphine transporte une partie de ses affaires devant la gendarmerie de Senlis. Elle est conduite à l’hôpital, où le médecin relève « des idées délirantes de persécution, des hallucinations, des troubles de la sensibilité profonde sur fond de débilité mentale accentuée ». Séraphine est internée à l’asile psychiatrique de Clermont-de-l’Oise. Suite à quoi, elle refuse de peintre à jamais.

Enterrée dans la fosse commune, elle est oubliée jusqu’en 2007. Cette année là, l’association culturelle des Amis du Centre Hospitalier fait déposer une plaque à l’emplacement où elle repose. Avec pour épitaphe, conformément à un voeu de Séraphine: « Ici repose Séraphine Louis Maillard (sans rivale) 02-09-1864 – 18-12-1942, en attendant la résurrection bienheureuse ».

4 Flares Twitter 0 Facebook 3 Google+ 0 Pin It Share 0 LinkedIn 1 4 Flares ×

13 commentaires

  1. POUVEZ VOUS ME DONNER LES HEURES D OUVERTURE DU MUSEE POUR L EXPOSITION SERAPHINE LE MARDI 25 NOVEMBRE 2008

    merci

  2. Le musée est fermé tous les mardis. Plus plus de renseignements, vous pouvez cliquer sur le lien du site du musée, en haut de l’article, ou appeler le 01 42 22 59 58.
    Bonne visite!

  3. savez-vous s’il est prévu une sortie en DVD du film qui lui était consacré ?

    Merci.

  4. existe-t-il un DVD sur le film Séraphine de Martin provost ?

  5. D’où vient cette dénomination « sans rivale »?

  6. C’est l’artiste elle-même qui avait choisi ce qualificatif pour qu’il apparaisse sur son épitaphe (cf. dernier paragraphe de l’article).

  7. Saracchi Alain

    Dommage que l’exposition au musée Maillol fut si courte. Après avoir vu le film, il aurait été intéressant de contempler les toiles. Est-il possible de savoir si une autre exposition est prévue et c’était le cas dans quel musée. Merci

  8. bonjour,
    moi même ,étant peintre depuis de nombreuses années et faisant toujours partie d’une académie, j’aimerais savoir si une personne , pourrais me renseigner,Séraphine Louis (de Senlis )peignait avec dans ses mélanges de pigments, huile de bougie, etc..;du Ripolin , ce que j’aimerais savoir c’est quelle sorte de Ripolin, etais- ce un vernis ?, un genre de colle?
    si quelqu’un sait me répondre merci
    Annie

  9. Bonjour,

    N’ayant malheureusement pas eu le temps de passer voir l’expo consacrée à Séraphine.
    Je voudrais cnnaître le prochain lieu d’exposition des ces toîles.
    Merci de me tenir informé.

    Bien à vous.

    Raphaël

  10. J,ai vu le film se soir et été trés ému devant une si grande artiste ..je suis moi même une artiste depuis plus de 45 ans … j,ai adorer .. c,étais une vraie artiste avec audace …merci …

  11. bonjour,

    après avoir vu le film consacré à séraphine louis – de Senlis- je souhaite connaître la date et le lieu de la prochaine expo. qui lui est consacrée ;

    il me semblait avoir vu qu’une expo. devait se tenir à la Vieille Charité à marseille courant mars 2010 ? est-ce un rêve ? ce musée n’est pas au courant ni l’office de tourisme de marseille … !

    merci pour votre réponse.

    Madame C. Bonavita.

  12. bernard brigitte

    savez vous quand aura lieu l’exposition seraphine de senlis à la vieille charité à marseill merci par avance

  13. catherine shalen

    J’aimerais acheter une reproduction d’une peinture de Seraphine de Senlis
    mais je n’ai absolument rien trouve sur l’internet

    Merci d’avance pour tout renseignement

    Catherine Shalen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>