Peupler les cieux

Dessins pour les plafonds parisiens au XVIIe siècle

Jusqu’au 19 mai 2014

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

[amazon_link id=”284742234X” target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Publicité

Musée du Louvre, Aile Sully, 2e étage, salles 20-23, Entrée par la pyramide, Paris Ier

 

Au XVIIe siècle, les plafonds des hôtels particuliers parisiens révèlent l’ambition de leurs commanditaires. Le Musée du Louvre sort de ses réserves quatre-vingts dessins et estampes pour illustrer ce propos.

Le Grand Siècle s’accompagne d’une évolution architecturale : les plafonds qui constituent une part essentielle des demeures, hôtels particuliers et palais royaux, abandonnent leurs poutres et solives pour des structures plus complexes : plafonds de menuiserie, plafonds à voussures, voûtes au décor compartimenté ou unifié.

Le changement arrive d’Italie et plus particulièrement de la galerie Farnèse à Rome, où Annibal Carrache (1560-1609) excelle à superposer des niveaux d’illusion. Il est alors copié à Paris, notamment au palais des Tuileries, rénové en 1667.

“Princes, ministres, parlementaires financiers projettent dans ces cieux intérieurs leurs ambitions politiques ou sociales, mais aussi, parfois, leur aspiration plus poétique à une délectation intime”, commente Bénédicte Gady, commissaire de l’exposition.

Le seul Hôtel Lambert (endommagé lors de l’incendie du 11 juillet 2013), construit par Louis Le Vau, affiche des plafonds d’Eustache Le Sueur, François Perrier et Charles Le Brun – peintre officiel du roi Louis XIV -. Les autres grands noms de l’époque sont Nicolas Poussin et Antoine Coypel.

Si d’un point de vue structurel le plafond clôture une pièce, d’un point de vue visuel, il offre une ouverture sur le ciel, grâce à l’artifice de la peinture.

L’exposition met en exergue le rôle central du dessin dans la réalisation de ces plafonds. Il retient les premières idées, les développements ultérieurs validés par le commanditaire, les décisions du maître d’ouvrage ou du maître d’oeuvre.

Ce cheminement intellectuel mémorisé par le  papier permet en outre de laisser une trace de plafonds aujourd’hui disparus. Comme celui de Nocret pour la chambre de la reine au palais des Tuileries ou les décors de l’appartement d’hiver du palais Mazarin (actuelle BnF, site Richelieu), détruit sous Napoléon III. Mais redécouvert grâce aux aquarelles peintes par Jules Frappaz.

Publicité

 

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *