Un artiste voyageur en Micronésie

L’univers flottant de Paul Jacoulet

Jusqu’au 19 mai 2013

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

[amazon_link id=”275720548X” target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

Musée du quai Branly, Mezzanine est, Paris VII

 

Pour célébrer l’acquisition officielle de la donation Paul Jacoulet au musée du quai Branly (25 février 2013), ce dernier organise une exposition qui rend hommage à l’oeuvre poétique et lumineuse d’un Occidental expatrié au Pays du Soleil Levant.

 

Quasiment inconnu en France alors qu’il est une figure majeure de l’histoire de l’art japonais, Paul Jacoulet (1896-1960) a consacré sa vie à peindre le monde flottant de la Micronésie.

Il arrive avec sa mère à Tokyo à l’âge de trois ans, pour rejoindre son père Paul Frédéric Jacoulet, professeur de français à l’Ecole des hautes études commerciales et à l’Ecole des officiers de l’armée.

Deux ans plus tard, le jeune Paul étudie à domicile le japonais, l’anglais, le dessin, la musique et les disciplines générales. Lorsque sa santé fragile le lui permet, il intègre l’Ecole normale de Tokyo puis le collège secondaire ; il devient le premier Occidental à suivre une scolarité japonaise.

En 1907, le père emmène son fils découvrir son pays natal et les peintres Courbet, Millet, Matisse, Gauguin, Picasso. Mais Paul oublie vite ce voyage pour se plonger dans la culture nippone. Il s’intéresse en outre aux insectes, plantes et papillons – motifs que l’on retrouvera  de manière récurrente dans son oeuvre.

P. Jacoulet s’initie à la calligraphie et devient le disciple de deux maîtres de la peinture classique japonaise, Terukada Ikeda (1886-1921) et son épouse Shôen (1888-1917). Avec eux, il étudie la technique des bijinga (peintures de beautés féminines).

Il effectue un premier voyage en Micronésie en 1929, où il peint de nombreuses esquisses et aquarelles. Puis, il y retourne chaque année au printemps. L’artiste se concentre sur les hommes tatoués, les parures, les bijoux des femmes, l’environnement naturel (papillons, insectes, coquillages).

Publicité

Son admiration pour Utamaro (1753-1806) l’amène à se spécialiser dans la gravure sur bois polychrome ukiyo-e. Il est aidé d’assistants dont les Coréens Jean-Baptiste Rah et ses trois frères. L’aîné prendra le nom japonais de Hiroshi Tomita et sa fille Thérèse, née en 1946, sera adoptée par Paul Jacoulet en 1951.

Pour Christian Polak, commissaire de l’exposition, Paul Jacoulet contribue au renouvellement de la tradition de l’ukiyo-e, en y insérant la modernité par des sujets nouveaux (personnages anonymes et scènes de la vie quotidienne) et des pigments naturels intenses. “La sensualité se dévoile dans les lignes des corps et dans les yeux qui regardent le spectateur, comme pour engager un dialogue”, dixit ce spécialiste de l’oeuvre de Paul Jacoulet.

L’artiste tend à fixer les traditions évanescentes des régions qu’il parcourt, beautés féminines et masculines à moitié nu. Une petite salle présente ses peintures intimes, se rapprochant plus des nus de l’art occidental que de véritables scènes érotiques.

Des couleurs pures mais dont l’intensité est contrôlée, des lignes sobres mais puissantes, des scènes poétiques mais révélatrices d’une réalité historique évanouie dans la modernité. Paul Jacoulet excelle dans la technique de l’ukiyo-e, ce monde flottant sans perspective, témoin du temps qui passe. En revanche, ses quelques portraits d’Occidentales expatriées sont moins captivants.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *