Miroir du désir

Kitagawa Utamaro (1753-1806)
Femme se poudrant le cou
Époque d’Edo, 1795-1796
Impression polychrome, 36,9 x 25,4 cm
Cachet de l’éditeur Ise Mago
Paris, musée national des arts asiatiques – Guimet, don C. Salouray, 1894 © RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservésvImages de femmes dans l’estampe japonaise

Jusqu’au 10 octobre 2016

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Publicité

Musée Guimet, 6 place d’Iéna, Paris 16e

Dans sa rotonde du 2e étage, le musée national des arts asiatiques – Guimet présente une sélection d’estampes, issues de son riche fonds, autour de l’image contrastée de la femme. Des courtisanes aux prostituées, des liens qu’elles entretiennent avec les hommes et entre-elles.

Les grands noms de l’ukiyo-e sont présents dont Suzuki Harunobu, Hosoda Eiri, Kitagawa Utamaro et Katsuchika Hokusai.

Le parcours évolue du quartier des plaisirs d’Edo (Yoshiwara) avec ses courtisanes gracieuses jouant de la musique aux estampes pornographiques (shunga) des 18e et 19e siècles…D’où le regard éberlué des visiteurs quand ils m’ont vu entrer dans la salles avec mes enfants de 6 ans ! La délicatesse des traits picturaux s’oppose à l’image crûe de femmes violentées, soumises au désir des hommes.

 Kitagawa Utamaro (1753-1806)
Les Pêcheuses d’abalones
Époque d’Edo, 1797-1798
Triptyque, impression polychrome, 38,2 x 25,5 cm ; 37,1 x 24,1 cm ; 37,2 x 24,3 cm 
Paris, musée national des arts asiatiques – Guimet, ancienne collection Louis Gonse, 1953 © RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier

Petite transition avec la présentation d’un célèbre triptyque Les pêcheuses d’abalones d’Utamaro (vers 1797), rare exemple de nu féminin dans les estampes en dehors du champ érotique . Et Pêcheuses d’ormeaux d’Hokusai, au bleu si caractéristique de l’ukiyo-e qui se distingue par une vague de terre ondulant dans la mer, sur laquelle des femmes à demi-nues se penchent au-dessus d’une barque.

Enfin, le calme revient avec les femmes se retrouvant entre-elles, prenant le bain ou se promenant (Jeune femme prenant le frais sur une véranda d’Utamaro).

Publicité

Kitagawa Utamaro (1753-1806) Jeune femme prenant le frais sur une véranda Époque d’Edo (1603-1868) Impression polychrome, 35 x 24,4 cm Paris, musée national des arts asiatiques – Guimet, legs Isaac de Camondo, 1912 © RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier

Profitez de cette petite exposition pour faire un tour dans les salles du Japon et de Corée, nouvellement réaménagées. Et ne ratez pas en redescendant la maquette du temple de Bayon (temple central de l’ancienne ville d’Angkor Thom).

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *