Le tremblement de la modernité

Louis Soutter (1871-1942)

Jusqu’au 23 septembre 2012

[amazon_link id=”2849752622″ target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER LE CATALOGUE DE L’EXPOSITION[/amazon_link]

La maison rouge, 10 bd de la Bastille, Paris XII

 

En cette fin d’été, j’ai profité d’une exposition inédite à la Maison rouge sur l’artiste suisse Louis Soutter et son oeuvre d’une “modernité tremblante”.

Louis Soutter (né à Morges en Suisse) débute véritablement sa carrière artistique lorsque placé sous tutelle, il est enfermé dans un hospice pour vieillards (pas un asile psychiatrique) les vingt dernières années de sa vie. Il trouve dans le dessin le réconfort et la liberté dont son lieu de vie lui fait défaut. Le dessin représente même plus que cela, selon Julie Borgeaud, commissaire de l’exposition. “Sa geste picturale ne se résume aucunement à un exutoire thérapeutique […] elle est une sur/vie […] la joie de l’acte créateur lui-même l’emporte toujours”.

Ne disposant pas de toile, Soutter commence par dessiner sur des cahiers d’écolier.
Puis il s’exprime sur des feuilles libres, plus grandes que le format des cahiers. Son style évolue. Entre 1930 et 1937, il s’inspire de la peinture de la Renaissance, caractérisée par la prolifération des détails et la déformation des corps. Ce sont ses dessins dits maniéristes.
A 66 ans, il met les doigts dans la peinture. Quarante-sept “peintures et dessins au doigt” sont ici présentés.

Enfin, son cousin Le Corbusier lui apporte ses propres livres sur lesquels Soutter dessine et écrit des commentaires, remplissant tous les blancs de la page. Malgré son enfermement, ses dessins témoignent de la connaissance des recherches artistiques. “On perçoit dans son oeuvre des éléments stylistiques qui semblent faire écho à l’Expressionnisme, ou à quelques grands prédécesseurs : Ensor pour la distorsion et la gravité des traits des visages, Rouault pour les visages du Christ”, commente J. Borgeaud.

La cohérence de l’oeuvre de Soutter tient dans sa référence aux gammes musicales – sa mère, musicienne talentueuse, lui a transmis sa passion, et lui-même était un brillant violoniste (il a été premier violon dans l’Orchestre Philharmonique de Genève). Toute son oeuvre découle ainsi d’un rapport entre la forme et la musicalité.

Hermann Hesse écrit un très beau poème à ce sujet, qui résume bien la vie et l’oeuvre de Louis Soutter:

Publicité

“J’ai appris autrefois, quand j’étais jeune/ A peindre des tableaux, de beaux tableaux corrects/ A jouer de belles sonates sans fausse note/-Sonate du Printemps, Sonate à Kreutzer -/ Je courais dans le monde clair, ouvert/ J’étais jeune, aimé, célébré…/ Par la fenêtre, toutefois, un jour/ Riant dans ses mâchoires édentées/ La mort m’a regardé, et de ce jour/ Le gel n’a plus quitté mon coeur./ Je me suis enfui./ J’ai couru, j’ai erré partout./ Ils m’ont rattrapé, ils m’ont enfermé/ Année après année. Par la fenêtre/ Au-delà de la grille, elle regarde/ Elle regarde et rit. Elle me connaît./ Elle sait. Je peins souvent des hommes sur un mauvais papier/ Je peins des femmes, je peins le Christ/ Adam et Eve, Golgotha/ Ce n’est ni beau ni correct, c’est exact/ Je peins avec de l’encre et du sang, je peins vrai. La vérité/ Est terrifiante. […]” (In die späten Gedichte Inselbändchen n°803, Francfort, 1961. Traduction de P. Jaccottet).

J’ai apprécié l’originalité de cette exposition, qui nous fait découvrir un art à la fois brut et annonciateur de modernité (art du cadrage, détournement des supports, langage pictural économe, réduction de la palette chromatique, engagement du corps dans l’oeuvre). Une combinaison qui est rarement associée. Mais la maison rouge entend précisément décloisonner les genres artistiques.

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *