Qu’allez-vous raconter d’intéressant ce soir?

Culture Confiture, 3e volume, de Bruno Costemalle. Nova Editions, 2010Culture Confiture de Bruno Costemalle
Nova Editions, juin 2010, 125p., 12€

Pour Bruno Costemalle, la culture, ça s’étale comme la confiture. L’auteur du déjà remarqué Mais où est passé le crâne de Mozart? (2007) publie son troisième volume de Culture Confiture. Un petit livre bourré d’humour qui vous permettra d’épater vos amis avec LA petite histoire qui fait mouche et en surprendra plus d’un sur l’étendue de votre culture!

Autour de thèmes dignes d’un Trivial Poursuit – histoire, sciences, sport, art, musique, mots, vie quotidienne -, B. Costemalle comble votre soif d’informations anecdotiques – il ne s’agirait pas de se prendre trop au sérieux, non plus! – aussi drôles que véridiques.

Prenons l’exemple de Néron, “pionnier du mariage gay”. “[…] Alors qu’il [Néron] est déjà marié à la belle Statilia Messalina, il décide de prendre pour ‘épouse’ un affranchi du nom de Sporus. Stuétone, célèbre biographe antique, le rapporte dans sa Vie de Néron: ‘il rendit eunuque le jeune Sporus et prétendit le métamorphoser en femme […]. Il le fit habiller comme une impératrice, le promena en litière et l’accompagna dans les assemblées et dans les marchés de la Grèce, ainsi que dans les fêtes sigillaires de Rome, en lui donnant de temps en temps des baisers.’ Comble de la provocation, ce mariage fut célébré en présence de la véritable impératrice. Deux ans plus tard, Néron récidive en inversant les rôles. Il jette cette fois son dévolu sur un certain Pythagoras […] parmi les rameurs, ‘de jeunes infâmes, rangés selon leur âge et leurs lubriques talents’ [rapporte l’histoirien Tacite dans ses Annales]. Quelques jours plus tard, il en fait son ‘mari’ selon les rites des noces solennelles: ‘le voile de l’épouse fut mis sur la tête de l’empereur: auspices, dot, lit nuptial, flambeaux de l’hymen, rien ne fut oublié. Enfin, on eut en spectacle tout ce que, même avec l’autre sexe, la nuit cache de son ombre.’ Deux siècles plus tard, ces deux ‘mariages gay’ intriguent toujours les experts de l’époque romaine. Car la vérité des faits serait tout autre. […] L’empereur se serait en fait marié avec ces garçons pour des raisons… de curiosité religieuse! On a établi par la suite que Sporus était prêtre de la déesse Cybèle (ce qui impliquait d’être castré) et que Pythagoras était ministre du culte de Mithra. Deux religions orientales où certaines cérémonies d’union peuvent être vues comme des rites initiatiques. Reste à savoir pourquoi Néron s’intéressait autant à ces religions exotiques. Pour leur spiritualité… ou pour la beauté de leurs prêtres?” (pp. 23-25).

Dans la même veine et sur un ton tout aussi libertin, vous découvrirez, entre-autres, l’incroyable genèse des santons de crèche, la vérité sur le premier (faux) kamikaze japonais Magoshische Sugino et celle sur le nom du bateau de Christophe Colomb (oubliez la Santa Maria).

Concernant la vie quotidienne, vous aurez enfin la réponse à “pourquoi les Anglais conduisent-ils à gauche?”. Une coutume héritée du Moyen-Age: les chevaliers devaient pouvoir tirer leur épée, portée à gauche, de la main droite si quelqu’un arrivait en face pour les attaquer. Une idée pas aussi loufoque qu’un chauviniste gaulois pourrait le penser, donc!
C’est également à l’ère médiévale que l’on introduit la règle de mettre sa main devant sa bouche lorsque l’on baille. Pour en interdire l’accès au démon!

Plus proche de notre temps, vous connaîtrez l’origine du papier toilette – avouez que vous ne vous étiez jamais posé la question, mais n’est-il pas utile donc digne d’intérêt ?!-, des smileys (ou “émoticones” en français) que vous utlisez toujours dans vos emails (pardon, “méls”) ou encore celle des yeux démesurés des personnages de manga.

Publicité

Enfin à l’avenir, vous pourrez plaindre les futurs astronautes de Mars qui devront “boire leur urine recyclée et manger leurs excréments reconditionnés en nourriture. […] Rien ne devra échapper au recyclage. […] Même avec un mental de champion, pas facile de se faire à l’idée qu’on ‘déguste’ chaque jour ce qu’on a mangé la veille. Avec le risque d’un petit arrière-goût en cas de dysfonctionnement du système de sécurité des appareils…” (p.22).

Enjoy!

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *