La survie ingénieuse des plantes tropicales

Patrick Blanc, 2006 - (c) Jean TholancePatrick Blanc: Folies Végétales

Prolongation jusqu’au 7 avril 2007

Espace EDF-Electra, 6 rue Récamier 75007, 01 53 63 23 45
Entrée libre.

Le botaniste, chercheur au CNRS, et plasticien, Patrick Blanc – célèbre pour son concept de Mur Végétal – fait vivre le contenu de son dernier livre, Le Bonheur d’être plante, à l’Espace EDF-Electra.

Plafond végétal - (c) Médiathèque EDF / Julien DanielDrôle de surprise une fois passés les lourds rideaux noirs de l’entrée. De la froidure hivernale, nous nous retrouvons d’un seul coup projetés dans une atmosphère tropicale, humide et chaude. Avec au-dessus de la tête, en guise de bienvenue, une treille végétale composée de mille plantes de vingt espèces différentes, aux noms les plus exotiques les uns que les autres: Hoya, Rhipsalis, Aeschymanthus, Columnea, etc.!

Patrick Blanc, 2006 - (c) Jean TholanceLa découverte de ce milieu lointain, qui a passionné tout jeune Patrick Blanc (né en 1953) – il réalise son premier voyage d’étude en Malaisie et en Thaïlande en 1972 – se poursuit avec la mise en parallèle de deux types de milieu tropical: les vallées des hautes et des basses énergies.

Vallée des hautes énergies - (c) Médiathèque EDF / Stéphane Remael Dans le premier cas, les plantes, bien exposées à la lumière en lisière des forêts, croissent rapidement mais luttent entre elles pour dominer l’espace.

Tandis que les plantes en sous-bois, recevant seulement 1% d’énergieVallée des basses énergies - (c) Médiathèque EDF / Julien Daniel lumineuse, présentent une architecture plus élaborée, et surtout, une meileure diversité.

D’où le message que semble nous communiquer les plantes: dans les milieux riches, la survie est à la fois plus aisée matériellement mais l’est beaucoup moins spirituellement du fait de la compétition qui règne. A l’inverse, un milieu plus exigeant contraint certes à l’innovation mais permet à chacun de vivre dans l’harmonie…

Tapis de cryptiques - (c) Médiathèque EDF / Stéphane RemaelAutre adaptation naturelle et ingénieuse de certains végétaux: leur mutation de couleur. Les cryptiques sont des plantes se rendant invisibles grâce à des substances chimiques qui leur permettent de se confondre avec les feuilles mortes (ne pas rater l’entretien vidéo de Patrick Blanc qui détaille le phénomène). Au contraire, les bégonias (installation auInstallation de begonia - (c) Médiathèque EDF / Julien Daniel sous-sol) choisissent une stratégie de camouflage en se parant de doré, de bleu ou de vert métallisé. Mais est-ce pour effrayer leurs ennemis carnivores ou pour mieux filtrer la lumière? Le mystère reste entier pour les botanistes.

Flûte et plafond végétal - (c) Médiathèque EDF / Stéphane RemaelL’étage supérieur reproduit et réactualise une expérimentation de 1978 réalisée au centre Pierre et Marie Curie. Les “flûtes aux rhéophytes” présente dans de longs tubes en verre des plantes – Anubias, Cryptocoryne, Crinum, etc. – soumises à un fort courant d’eau. Celles-ci ont développé de longues feuilles effilées ou bullées. Elles ont ancré leurs racines profondément pour résister auCapsule de Sterculia coccinea (Sterculiacées), un petit arbre de sous-bois en Thaïlande. Les carpelles séparés, rouge vif, s'ouvrent vers le bas et exposent les graines noir brillant, probablement recherchées par les oiseaux. Ce contraste rouge-noir, très visible et fréquent en sous-bois, rappelle celui des jupes noires et chemisiers rouges des prostituées d'autrefois - (c) Patrick Blanc courant et trouver une source continue d’eau pendant les périodes de sécheresse.
De part et d’autre de cette installation sont exposées de magnifiques photographies des fleurs et des fruits de plantes exotiques.

Publicité

Reconstitution de la baie d'Along - (c) Médiathèque EDF / Julien DanielL’exposition se termine par une “pirouette” dixit Patrick Blanc grâce à la reconstitution des vapeurs et des rochers verticaux recouverts d’Helxine, d’Ixeris, d’Hépatiques, etc., de la légendaire baie d’Along.

Un grand voyage exotique vous attend…dans le VIIè arrondissement de Paris! Une expo incontournable en ce début d’année.

Pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à La survie ingénieuse des plantes tropicales

  1. Kai Carver dit :

    Quelques petits compléments et corrections:

    Le site de la Fondation:
    http://www.edf.com/211i/Accueilfr/FondationEDF.html
    et de l’expo (fichu pop-up!):
    http://www.edf.com/72384i/Accueil-fr/Fondation-EDF/Agenda/illustrations/illustration-agenda-Patrick-Blanc.html

    Les horaires (je crois):
    Ouvert tous les jours, sauf le lundi et jours fériés de 12h à 19h

    Le lien sur une carte:
    http://maps.google.com/maps?q=6%20rue%20R%C3%A9camier%2C%2075007%20Paris

    corrections:
    *Entrée libre*
    Un grand voyage exotique vous attend…dans le *VIIè*
    Le mot-clé: *Patrick* Blanc

    J’ai découvert votre site récemment et je l’apprécie beaucoup (via bloglines), merci!

  2. Sophie dit :

    Bonjour et merci pour vos remarques qui ont été prises en compte…

    Pour la localisation sur la carte, vous pouvez aussi faire usage de la carte des expositions de Paris qui est mise à jour à chaque nouvel article sur artscape: https://www.artscape.fr/map.php

    Enfin, merci pour votre compliment en fin de commentaire!

  3. noureddine dit :

    slt je susi un fun de tes ouvre bon je me présente
    c noureddien dalgérie
    jaimrais bien aprednre ce ke tu fait et lamour des plante
    dommage il ya pas une ecole ici en algérie a ce jore d’arte
    je te souhaite bon chance et bq de succé

  4. lydie maunoury dit :

    on vient de m’offrir une olante exotique :

    aeschynanthus

    quels soins lui apporter ???
    fréquence des arrosages ??

    merci de votre réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *