Dans la peau de…

Hundertwasser

Jusqu’au 4 janvier 2014

[amazon_link id=”1844848418″ target=”_blank” container=”” container_class=”” ]ACHETER LE LIVRE DE L’ARTISTE[/amazon_link]

Publicité

Le Musée en Herbe, 21 rue Hérold, Paris 1er

 

 

Inconnu en France, ce philosophe-artiste-écolo avant l’heure est une référence à l’international. Il est plus côté que Vasarely, l’artiste précédemment exposé au musée en Herbe, le musée des enfants et des adultes qui veulent s’initier à l’art. Ici tout est ludique, coloré, on a le droit de toucher à (presque) tout et cela colle bien justement avec les théories de Hundertwasser (1928-2000).

 

De nature relativement loufoque, l’Autrichien Friedensreich Hundertwasser dénonce la rigidité de l’architecture classique et de la ligne droite. Pour lui, tout est rondeur et cercle (en symbiose avec le cycle de la nature).

Il réhabilite de moches bâtiments comme un incinérateur au centre de Vienne, un lycée, il rend une église américaine joyeuse. Il considère que chaque habitant devrait pouvoir colorier ses fenêtres comme il l’entend. Hundertwasser construit des maisons sous terre ou plante des arbres dans les appartements pour respecter le principe d’une nature dominante. Dans cet esprit, il fabrique ses vêtements – sa seconde peau – conçus uniquement par lui et pour lui.

Publicité

Hundertwasser voyage à travers le monde dans son bateau le Regentag (“Jour de pluie” car il adore la pluie), qui possède des toilettes à humus (un dessin explique comment elles sont censés fonctionner, je n’y ai rien compris!). Il passe les dernières années de sa vie en Nouvelle-Zélande, dans une maison faite de matériaux de récupération. Il meurt à l’âge de 72 ans sur le bateau Queen Elizabeth de retour vers l’Europe, après avoir planté plus de 100.00 arbres, réalisé des milliers de tableaux et de gravures.

Une exposition parfaite pour emmener ses enfants pendant les vacances. La visite des petits dure 30mn puis un atelier d’arts plastiques leur permet de mettre en pratique ce qu’ils viennent de découvrir.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *