The Manhattan Darkroom

Le mariage du mannequin Bonnie Trompeter, New York, 1963 © DaumanPictures.com / Henri DaumanHenri Dauman – Photographies

Jusqu’au 4 décembre 2014

Palais d’Iéna, 9 place d’Iéna, Paris XVI

Publicité

Dans le cadre du mois de la photo, ne ratez pas cette exposition – en entrée libre ! – sur un photographe français méconnu, expatrié à New York : Henri Dauman. Le Conseil économique et social, qui a ouvert depuis un an une partie de ses espaces pour organiser des expositions, lui rend un vibrant hommage.

Né en 1933 à Montmartre, Henri Dauman perd ses parents durant la Second Guerre mondiale et débarque à New York en 1950 pour rejoindre le seul membre encore vivant de sa famille juive.

Cortège funèbre, Funérailles de John Fitzgerald Kennedy,  Washington DC., 25 novembre 1963 Photo reprise par Andy Warhol dans son tableau "16 Jackies" © DaumanPictures.com / Henri DaumanL’hyper-activité de la ville le fascine tandis que l’outrance de la consommation « à l’américaine » et l’inégalité des droits le révulsent. Partagés entre ces deux sentiments, il devient un photographe libre, se battant pour son indépendance – il refusera tout poste fixe – et coopère bientôt avec les plus grands magazines américains, Life Magazine et Newsweek.

Se définissant comme un « One-Man Agency », il [fait] de cette liberté du photographe, une morale et un combat », commentent les commissaires d’exposition, François Cheval et Audrey Hoareau.

Miami Beach, années 1960 © DaumanPictures.com / Henri DaumanLe parcours s’intéresse aux différents thèmes qui ont passionné Henri Dauman : l’architecture américaine, la bourgeoisie new yorkaise en vacances à Miami (corps bronzé épais et luisant, cigare à la bouche vs mamies dans l’eau avec bonnet, maillots à froufous qui masquent peu leur culotte de cheval ! ; coiffure des années 60 qui a du requérir une bombe entière de laque à cheveux, etc.), les jeunes exclus de l’American Dream, les manifestations pour les droits civiques, les premiers mouvements féministes, les employés du MoMA en grève. Mais aussi l’actualité internationale : la guerre du Vietnam, Fidel Castro, Khrouchtchev.

Henri Dauman et Brigitte Bardot, sur le tournage de « Vie  Privée » de Louis Malle, 1962 © DaumanPictures.com / Henri DaumanPuis vient le temps de la fabrication des icônes. Les modes de communication changent, la politique suit. Kennedy, Lindsay, les stars du cinéma (Brigitte Bardot, Alain Delon, J.-L. Godard, Marylin Monroe) et de la musique (Elvis Presley).

Publicité

« Dans la course au scoop et à l’instantané, la prouesse consiste à se démarquer. Cadrages astucieux, angles novateurs, approches créatives, c’est dans la technique photographique que se trouve la clé. […] Tout l’intérêt de la collection d’Henri Dauman réside dans cette performance », assurent les commissaires de l’exposition.

De fait, les images en noir et blanc autant que celles en couleur – initiée à partir des funérailles de JFK -, savent traduire une histoire. Ce que je trouve assez rare en photographie, pour être honnête ! J’ai trouvé leur esthétique minimaliste, très éloquente.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *