Hartung & Soulages

Hans Hartung – La fabrique du geste
Jusqu’au 1er mars 2020
Musée d’art moderne, 11 avenue du Président Wilson, Paris 16e

Soulages au Louvre et au Centre Pompidou
Jusqu’au 9 mars 2020

Voici trois expositions d’art non-figuratif avec les oeuvres de Hans Hartung présentées au Musée d’art moderne et celles de Pierre Soulages (musée du Louvre et Centre Pompidou), qui fête ses cents ans cette année.


Hans Hartung, T1973-E12, 1973. Acrylique sur toile
Fondation Gandur pour l’Art, Genève © Fondation Gandur pour l’Art, Genève © ADAGP, Paris, 2019 / Photo : Sandra Pointet

L’artiste germano-français Hans Hartung (1904, Leipzig-1989, Antibes) a été un précurseur de l’abstraction et le père idéologique de Pierre Soulages (né en 1919 à Rodez).

Pierre Soulages, Peinture, 222 x 314 cm, 24 février 2008. Acrylique sur toile. Paris, Pierre Soulages © Archives Soulages © ADAGP, Paris 2019

L’exposition du Musée d’Art Moderne (anciennement de la Ville de Paris) qui a rouvert ses portes fin 2019, explose de couleurs. Tandis que celles du Louvre et du Centre Pompidou (plus exactement du Musée national d’art moderne) mettent en avant “l’outrenoir” de P. Soulages. Un noir lumineux, qui varie en intensité et en texture selon les formats, mais qui reste essentiellement monochrome.


Hans Hartung, T1989-K36, 1989. Acrylique au pistolet sur toile
© Musée d’Art Moderne de Paris / Roger-Viollet © ADAGP, Paris, 2019
Photo: Julien Vidal / Parisienne de Photographie

Si l’art des deux artistes paraît conceptuel, il n’en est rien dans leur pratique qui se veut expérimentale. Hartung a été l’un des premiers à pratiquer la peinture à l’aspirateur inversé, l’aérosol, le spray – bien avant l’émergence du street-art -, la tyrolienne, la sulfateuse à vigne, le pistolet à air comprimé etc., projetant de la matière sur ses toiles sans qu’elle s’y accroche véritablement. Pierre Soulages utilise également des outils de peintre de bâtiment plutôt que d’artiste et tire ses noirs du brou de noix ou du goudron.

Pierre Soulages. Portrait de l’artiste, 2 octobre 2017. Collection Raphaël Gaillarde © Collection Raphaël Gaillarde, dist. RMN-Grand Palais/Raphaël Gaillarde ©RMN-Grand Palais –Gestion droit d’auteur pour Raphaël Gaillarde ©ADAGP, Paris 2019 pour Pierre Soulages

Les deux artistes partagent une carrière intense. Hartung produit pas moins de 15.000 oeuvres tandis que Soulages réalise plus de 1600 toiles et “continue de peindre à rythme soutenu”, précise Alfred Pacquement, commissaire de l’exposition au musée du Louvre, “comme en témoignent les trois grandes toiles exposées dans le prestigieux Salon Carré [qui abritait jadis le Salon des Académies], réalisées il y a quelques mois, signe de la grande vitalité de l’artiste”.


Pierre Soulages, Brou de noix sur papier, 1954
Brou de noix sur papier collé sur carton. Legs Pierrette Bloch en 2018
© Adagp, Paris © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Audrey Laurans/Dist. RMN-GP

L’exposition au Centre Pompidou met à l’honneur la relation particulière qu’entretient Pierre Soulages avec l’institution qui accueille sa première oeuvre dans les collections nationales dès 1951 et lui consacre une exposition personnelle en 1967, alors que le musée national d’art moderne était situé dans l’actuel Palais de Tokyo. Deux expositions monographiques suivent en 1979 et en 2009. En revanche, c’est la première exposition personnelle de Soulages au musée du Louvre, bien qu’il y avait exposé quelques oeuvres.

A choisir, ma préférence va à l’exposition de Hans Hartung, plus diversifiée, de ses débuts figuratifs à son abstraction gestuelle ; surtout, elle est éclatante de lumière. Les formes vaporeuses évoquent l’élément eau qui m’attire inéluctablement ! Mais il est intéressant d’apprendre à apprécier les variations de luminosité dans les noirs de Soulages, monument de la peinture française depuis les années d’après-guerre.

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *