Festival International des Jardins

Jardin Idéal – 30 ans d’utopie verte

Jusqu’au 6 novembre 2022

@Chaumont_Loire

Domaine régional de Chaumont-sur-Loire

Si vous avez l’occasion de vous rendre dans la Loire, ne manquez pas le 30e anniversaire du Festival International des Jardins à Chaumont-sur-Loire, dont le thème cette année est le « jardin idéal ». Un lieu magique qui réunit histoire, art et jardins.

Graines d’espoir (c) Éric Sander

Ouvert toute l’année, le domaine de Chaumont-sur-Loire, qui s’étale sur 32 hectares au coeur du Val de Loire, classé au patrimoine de l’UNESCO, accueille trois événements saisonniers : la photographie (automne/hiver), la Saison d’art et le Festival International des Jardins (printemps/été).

Pour ce dernier événement, une trentaine de jardins sont imaginés chaque année par des architectes de tout âge et nationalité.

Le thème de ce 30e festival met en avant l’évolution de notre rapport à la nature, face à l’intensité de l’urbanisation, le réchauffement climatique, et la multiplication des problèmes d’hygiène alimentaire.

Senteurs, couleurs, variétés florales, mais aussi innovations techniques pour drainer, purifier et irriguer sont au coeur des défis lancés aux architectes pour concevoir leur jardin idéal.

Le jardin méditerranéen (c) Éric Sander

Voici mes préférés :
– Jean-Philippe Poirée-Ville imagine une fontaine végétalisée, brodée comme un tapis persan ;
– « Le jardin d’illusions » (France/Chine*) mêle cultures occidentale et orientale dans la forme parfaite du cercle ;
– « Graine d’espoir » (Grande-Bretagne**) est une main tendue à la biodiversité, dans l’espoir que les graines des fleurs sauvages qu’il contient soient pollenisés par les insectes ;
– Le plus enchanteur a été « Ainsi parlait l’enfant » (étudiants de l’école nationale supérieure de paysage de Versailles***) qui reprend les trois métaphores de Nietzche dans Ainsi parlait Zarathoustra en version végétale. Endurance du chameau (espace rocailleux), force du lion (graminées douces volant au vent pour incarner sa crinière), innocence de l’enfant (retour à la nature avec évocation de la forêt et des cabanes) ;
– Sans oublier le magnifique jardin méditerranéen conçu par Jean Mus qui nous plonge directement sous le soleil et les senteurs du bassin méditerranéen.

Le reste du domaine (château, écuries, cour de la ferme) est traversé d’oeuvres contemporaines, certaines pérennes, d’autres temporaires. Citons Klaus Pinter et sa sphère de fleurs d’or, Evi Keller et son mural matière-lumière, Jaume Plensa et ses portraits humains sculptés, Patrick Blanc et ses végétaux exotiques pointant sous un halo de brume…

Le jardin de la fontaine anémone (c) Éric Sander

Munissez-vous d’eau, de chaussures confortables et laissez-vous aller à la déambulation pendant au moins trois heures. Même les enfants qui n’aiment pas marcher seront conquis !

*Liu Xiangcheng, Zhang Yiyang, Guo Xiaoxi
**Gini Denison-Pender, Louise Thompson, Carl Chaney, James Gleghorn, Dave Goulson
***Bruno Pastant, Mathilde Albert, Léna Thébaudeau, Nicolas Martin accompagné de leur professeur Aurélien Ramos.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.