Provoquer la pensée

Sturtevant. The Razzle Dazzle, 2010. Musée d'art moderne de la Ville de ParisSturtevant – The Razzle dazzle of thinking*

Jusqu’au 25 avril 2010

Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 11, avenue du Président Wilson 75116, 5€

*La pensée tape-à-l’oeil. Voilà ce contre-quoi s’insurge l’étonnante artiste américaine (Elaine) Sturtevant, qui ne concède rien de sa biographie. On sait juste qu’elle a autour de 80 ans et qu’elle vit à Paris depuis une vingtaine d’années. Délibéremment mystérieuse, cette femme à la forte-tête, expose pour la première fois au musée d’art moderne de la Ville de Paris. Pour l’occasion, elle réalise deux nouvelles oeuvres, rythmant deux temps forts de l’exposition; l’entrée et la sortie. Décryptage.

Portrait de Sturtevant (c) Photo L. MuzzeyElastic Tango (2010) ouvre le bal. Il s’agit d’une pièce de théâtre vidéo en trois actes, diffusée sur neuf moniteurs. Des danseurs de tango laissent rapidement place à une succession d’images saccadées et éclectiques, du drapeau de J. Johns aux muscles d’un boxer gonflés aux stéroïdes anabolisants. “Avance rapide vers le simulacre”, commente l’artiste, tout sourire et doigts peinturlurés en fluo (à 80 ans!).

Le ton est donné. L’exposition, dont l’espace est perçu comme un objet créant une tension entre la lumière, le son et le mouvement, est supposée provoquer – dans les deux sens du terme – la pensée.

“Cette exposition a été conçue pour articuler le pouvoir de l’image sur l’objet”. Car tel est le credo de Sturtevant dès les années 1965. Répliquer les oeuvres de ses contemporains, bien avant qu’ils n’aient une carrière internationale, tels Jasper Johns, Andy Warhol, Frank P. Stella et Joseph Beuys, pour poser la question de la limite de l’originalité.

Sturtevant. Duchamp Ciné, 1989 / Duchamp Nu descendant un escalier, 1967. Installation vidéo, avec ciné box et manivelle de moulin à café. Courtesy Galerie Anthony Reynolds, LondresMais, contrairement aux Appropriationnistes, dont Sturtevant se défend être le précurseur, l’artiste ne modifie pas le format des oeuvres qu’elle réplique manuellement, avec une grande prouesse technique. Elle ne s’intéresse pas non plus aux figures iconiques de l’art moderne. Hormis Marcel Duchamp dont elle reprend les readymades, dans une projection vidéo (Duchamp ciné, 1989) que l’on visionne en tournant la manivelle d’un moulin à café. Sans oublier la fameuse pissotière présentée dans la salle qui termine la première section, intitulée Wild to Wild, de l’exposition. Cette dernière installation, Duchamp 1200 Coal Bags, constitue un abri de guerre, “abritant le silence des totalités”.

Sturtevant. Finite Infinite, 2010. Installation vidéo (projection murale). Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac, Paris-SalzbourgSujet cher à Sturtevant, la guerre et sa banalisation liée aux jeux vidéo et à Internet, révèle un tournant dans sa réflexion artistique. En dépit de son âge, l’artiste est loin de rester indifférente à l’informatisation de la société. Finite Infinite Exhaustion, projection murale de 43 m illustre la course effrénée d’un chien et traduit selon l’artiste “notre épuisement cybernétique”.

Société du simulacre, du clone, de l’hyper-réalité, de la surinformation au détriment de la connaissance. “Les supposées avancées d’Internet constituent un leurre, voire une régression aux yeux de Sturtevant”, commente Anne Dressen (commissaire de l’exposition). “[…] Internet apparaît comme le royaume de l’accélération de la violence et de la pornographie virtuelles et dématérialisées – une transgression illusoire. Que ce soit dans ses vidéos ou dans ses textes, Sturtevant semble vouloir revenir au corps libéré pour un plaisir nietzschéen, incarné physiquement”.

Le numérique laisse croire à tout un chacun qu’il peut copier, devenir artiste, ou se transporter virtuellement sur le lieu de son choix. Pour Sturtevant, la cybernétique (du grec kubernesis: gouverner, contrôler) est un mensonge. L’inverse de ses répliques hand made, qui ne sont pas là pour répéter une oeuvre, en émettant un doute sur sa valeur. Mais, au contraire, pour souligner son pouvoir d’original.

Dès lors, E. Sturtevant s’emporte contre l’art médiatique sans substance, la créativité commerciale, la société du spectacle. Un concept critique qu’elle matérialise dans sa dernière oeuvre The House of Horrors, qui est aussi le titre de la seconde partie de l’exposition. Cette installation finale simule l’horreur d’un train fantôme de fêtes foraines. Entre les scènes de squelettes, de chauve-souris, de passages noirs comblés de bruits pseudo-effrayants, l’artiste fait référence à Frankenstein, Paul McCarthy (remake de sa performance The Painter, 1995) et John Waters (Pink Flamingos, 1972).

Publicité

Exposition conceptuelle, “The Rattle Dazzle of Thinking” fonctionne sur une dynamique des oeuvres qui se renvoient les unes aux autres, en interne (référence à son travail antérieur) et en externe (référence à celui de ses alter ego). On peut toujours reprocher à une artiste qui aborde la critique de l’artificiel, d’y recourir elle-même en se contentant d’imiter le travail d’autrui. Mais c’est oublier les textes de Surtevant qui révèlent la profondeur de sa pensée, en s’appuyant sur une réflexion philosophique (Spinoza, Foucault).

“La copie, bien entendu, possède l’absolue
beauté de paraître identique à
l’original.
Mais elle cache aussi de dangereuses lacunes.

La technique rigide requise pour fabriquer dans ses moindres détails une copie exacte la prive de sa
force; l’oeuvre d’art devient statique,
meurt.
Il n’y a ni opposition ni confrontation;
elle est incapable d’imposer
et
de créer une action.” (Extrait de Vice inhérent: la réplique et ses conséquences dans la sculpture moderne, 2007).

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *