De la Corée au Japon, 15 générations de céramistes

CHIN Jukan – 4 siècles de céramique

Jusqu’au 11 décembre 2010

Espace des Arts Mitsukoshi-Etoile
, 3 rue de Tilsitt 75008

Le croyez-vous? Au Japon, un bol à thé en céramique peut avoir plus de valeur qu’une peinture, un bijou et même un château! L’Espace Mitsukoshi-Etoile offre l’occasion au public occidental de découvrir l’incroyable valeur des objets en céramique à travers l’art de CHIN Jukan, issu d’une famille de potiers considérée comme l’une des plus importantes au Japon.

L’exposition présente une centaine de pièces retraçant 400 ans de création.

La céramique japonaise connaît un développement sans précédent à partir du XVIe siècle, lorsque la fascinante cérémonie du thé est codifiée. Mais à l’époque, l’archipel nippon est en ruine, ravagé par des années de guerre civile. Il s’en prend alors à son voisin, la Corée entre 1592 et 1598, et en revient avec des prisonniers, qui s’avèrent être des artisans spécialisés: producteurs de camphre, apiculteurs, couvreurs, arpenteurs et potiers. Autant de domaine que le Japon ne maîtrise pas et dont il va apprendre les techniques pour en devenir un des maîtres incontestés.

C’est ainsi que la famille CHIN s’installe au sud du Japon, à Satsuma, à la fin du XVIe siècle, sous la domination du daimyô (seigneur) SHIMAZU Yoshihiro. Ce dernier fait construire un four privé et commande à la famille CHIN des objets en grès blanc destinés à son usage personnel. Parallèlement, les potiers réalisent une gamme plus rustique, de couleur noire, destinée à la vente pour les couches plus populaires.

La découverte d’un gisement de pierre à porcelaine dans la région permet aux potiers de Satsuma, qui maîtrisent la technique de la polychromie, d’enrichir leurs couvertes blanc cassé de compositions florales colorées.

Les oeuvres de CHIN Jukan (1835-1906, représentant la 12e génération des potiers de Satsuma) sont exposées à l’Exposition Universelle de Paris en 1867 et à celle de Vienne en 1873, tant elles sont réputées pour leur finesse. Son travail, primé, lui vaut des commandes à travers l’Europe, la Russie et les Etats-Unis.

En 1871, suite à l’abolition des privilèges seigneuriaux, les ateliers de poterie sont démantelés. CHIN Jukan crée sa propre manufacture grâce aux commandes de sa clientèle acquise lors des Expositions Universelles.

L’artiste perfectionne les techniques de l’ajour et du relief sur céramique. Il devient le fournisseur officiel de la Maison Impériale et reçoit la visite personnelle du prince et de la princesse Kitashirakawa en 1893.

Ses successeurs poursuivent cette tradition d’excellence et comptent parmi les grands céramistes du monde entier.

Publicité

L’exposition de l’Espace Mitsukoshi-Etoile présente la création de cette odyssée familiale qui s’étend sur 15 générations. Les étapes historiques du développement de la céramique sont représentées: des formes rustiques correspondant aux exigences de la cérémonie du thé aux lignes épurées des objets qui magnifient le quotidien. Puis vient l’engouement pour les décors polychromes, rehaussés d’or et/ou d’argent, particulièrement prisés par les familles royales européennes et le tsar Nicolas II.

Si ma préférence va aux objets à l’aspect naturel qui fait d’autant ressortir, à mes yeux, le raffinement de leur facture, il est indéniable que les brûles-parfum comme recouverts d’une fine dentelle, par exemple, sont le fruit d’une rigueur et d’une excellence que l’on ne peut que louer.

Pour marque-pages : Permaliens.

Une réponse à De la Corée au Japon, 15 générations de céramistes

  1. Sophie dit :

    Petite correction, suite à une précision apportée par la conférencière de l’Espace Mitsukoshi-Etoile, Dorothée de Boisséson: En fait, les potiers coréens, ramenés des expéditions militaires au Japon (1598), sont venus avec leur argile blanche à bord des bateaux. Ensuite, dans le KyûShû, dans la région de Kagoshima, à Satsuma, ils ont exploré vallées et collines pendant 20 ans (vers les années 1620) pour trouver un gisement de pierre à porcelaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *