Villa Flora, Les temps enchantés

Félix Vallotton – L’Estérel et la baie de Cannes, 1925 – Huile sur toile. © Collection particulière, Villa Flora, Winterthur. Photo Reto Pedrini, Zürich Chefs-d’oeuvre de la collection Arthur et Hedy Hahnloser

Jusqu’au 7 février 2016

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Catalogue de l’exposition : 

Publicité

Le musée Marmottan-Monet accueille pour la première fois en France l’exceptionnelle collection du couple suisse Arthur et Hedy Hahnloser. Manet, Renoir, Cézanne, Van Gogh, Bonnard, Vuillard, Vallotton, Matisse font partie des grands noms rassemblés pour notre plus grand plaisir.

Pour “vivre selon leur temps”, Hedy, passionnée d’art, et son mari ophtalmologiste Arthur, commencent par acheter des oeuvres d’artistes suisses contemporains : Giovanni Giacometti (Dahlias et raisins, 1908 ; Maisons ensoleillées à Stampa, 1912) et Ferdinand Hodler (Le Cerisier, vers 1909, qu’ils considèrent comme la première oeuvre de leur collection ; Le Lac Léman avec les Alpes savoyardes, vers 1905 ; Le Massif de la Jungfrau vu depuis Müren, 1911).

Ferdinand Hodler – Le Massif de la Jungfrau vu depuis Mürren – 1911 – Huile sur toile © Hahnloser/ Jaeggli Stiftung, Winterthur. Photo Reto Pedrini, Zürich

Mais bientôt, par le biais de Félix Vallotton, dont ils achètent des oeuvres dès 1908, le couple se tourne vers la scène artistique française, en particulier Bonnard et Vuillard, qui font partie, avec Vallotton, du groupe des Nabis, “ces prophètes de la nouvelle peinture”.

Parmi les oeuvres de Bonnard, citons Le Débarcadère (ou l’embarcadère) de Cannes (1928/34), reflétant les lumières vibrantes du Midi ou Nu au couvre-pied (1911). Celles d’Edouard Vuillard comprennent Le Vase bleu (1932) et Roses rouges et étoffes sur une table (1900-1901) qui rappelle l’intérêt des Nabis pour l’art japonais avec son absence de perspective centrale pour privilégier les points de vue multiple. Et encourager ainsi la mobilité du regard.

Édouard Vuillard – Roses rouges et étoffes sur une table – 1900-1901 – Huile sur carton © Collection particulière, Villa Flora, Winterthur. Photo Reto Pedrini, Zürich

Le parcours se poursuit avec une section consacrée à Odilon Redon, peintre poétique (Le Rêve, vers 1908) et magicien des couleurs. Les Anémones (vers 1912) rouges, bleues, blanches, au rendu précis témoignent de l’intérêt de l’artiste pour la botanique. Elles sont rassemblées dans une coupe noire qui semble flotter sur la table simplement suggérée. En arrière-plan, le fond se fait abstrait à partir de taches nébuleuses aux tonalités mauves, jaunes et oranges. Cette oeuvre justifie à elle-seule que Redon soir surnommé le “Mallarmé de la peinture”.

Odilon Redon – Les Anémones – Vers 1912 Pastel sur papier et carton © Hahnloser/Jaeggli Stiftung, Winterthur. Photo Reto Pedrini, Zürich

Viennent ensuite le magistral Semeur (1888) de Van Gogh et La Fête du 14 juillet à Paris (1886).

Publicité

Vincent van Gogh – Le Semeur – 1888 – Huile sur toile © Hahnloser/Jaeggli Stiftung, Winterthur. Photo Reto Pedrini, Zürich

L’exposition se termine avec La Sieste ou Le Rocking-Chair, Jeanne (1905) et Aloès à Cassis (1912) d’Henri Manguin, qui rend “hommage au Midi, bien connu et apprécié des Hahnloser qui font de fréquents séjours à Cannes”, commente Marianne Mathieu, co-commissaire de l’exposition (Adjointe au directeur, chargée des collections du musée Marmottan Monet).

Les Hahnloser ont rassemblé leurs oeuvres au sein de la Villa Flora, située aux abords de la vieille ville de Winterthur, qu’ils ont transformée au gré de l’agrandissement de leur collection. A la mort du couple, les héritiers ouvrent partiellement la demeure au public et y organisent 24 expositions entre 1995 et avril 2014. Un an et demi plus tard, les oeuvres voyagent pour la première fois en Europe et sont accueillies à Paris. Une occasion immanquable de l’admirer !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *