Prix Marcel Duchamp 2007: Tatiana Trouvé

Portrait Tatiana Trouvé. Photo: Jean Christophe MazurTatiana Trouvé, 4 between 3 and 2

Jusqu’au 29 septembre 2008

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Centre Pompidou, Espace 315, Place Georges Pompidou 75004, 01 44 78 12 33, 10 à 12€

Dernière exposition du Centre Pompidou que je n’avais pas encore couverte, “4 between 3 and 2” présente la création de Tatiana Trouvé pour l’Espace 315. En tant que lauréate du prix Marcel Duchamp 2007, qui récompense un(e) artiste résidant en France, Tatiana Trouvé a composé une oeuvre pour l’espace contemporain du Musée national d’art moderne. L’artiste poursuit ici sa réflexion sur la construction d’espaces comme lieu d’expression de réactions psychiques.


Polders, 2005. Résine, métal, cuivre peint, 454 x 500 x 450 cm. Photographe: André Morin. Courtesy Almine Rech Gallery, Bruxelles / Galerie Emmanuel Perrotin, Miami & Paris / Galerie Johann König, BerlinDepuis 1997, Tatiana Trouvé (née en 1968, à Cosenza, Italie) a conçu un Bureau d’Activités Implicites (B.A.I.), qui se développe en différents “Modules“. Ces espaces de travail enregistrent les traces de l’activité de l’artiste tout en incitant à la production de nouvelles pensées. Ils témoignent de son conflit avec son propre travail, les délais d’attente, les contraintes administratives, etc. Avec Polders (2005), Tatiana Trouvé expérimente les changements d’échelles sur des objets (réduits de moitié par rapport à leur taille réelle), qui portent la marque d’une expérience rêvée.

Pour l’Espace 315, l’artiste imagine une nouvelle géographie du lieu afin de générer là encore une expérimentation physique et psychique. Des miniportes entrouvertes laissent entrevoir une enfilade de couloirs – pur jeu de la perspective -; une grille métallique noire découpe l’espace en deux. Cette dernière n’est pas sans rappeler l’oeuvre de l’architecte Dominique Perrault qui est exposé à côté de l’Espace 315 de manière concomittante.

Sans titre (série Remanence), 2008. Crayon sur papier, plomb, étain, 76 x 113 cm. Courtesy Almine Rech Gallery, Bruxelles / Galerie Emmanuel Perrotin, Miami & Paris / Galerie Johann König, BerlinDes dessins sur fonds noirs, issus de la série Rémanence (2008) sont accrochés sur des murs blancs. Ils supportent des formes tracées à la mine de plomb, découpées dans des feuilles d’étain, qui disparaissent ou apparaissent en fonction de l’angle de vue de l’observateur.

Troisième élément de l’installation, des sculptures en bronze déjouent les lois de la physique, avec toujours le même effet visuel et psychique: selon son point de vision, des formes se déploient dans les interstices de la corde, qui dessine un arc en suspension dans l’air.

Le titre de l’exposition résume à lui seul les éléments clés de l’oeuvre de Tatiana Trouvé. Le chiffre 4 représente une dimension temporelle, située entre la dimension 3 – évoquant les sculptures – et la dimension 2 – les dessins -.

Publicité

Cette dimension 4 est symbolisée par l’écoulement du sable noir à travers deux murs de la salle principale. Le sable forme des monticules grandissant au fur et à mesure de l’étirement de la durée de l’exposition. Incarnation physique du temps qui passe et du recouvrement, progressif mais inéluctable de l’installation, par essence éphémère.

CQFD!

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *