Programme gratuit culturo-sportif au Quai Branly à partir du 1er septembre

Affiche rugby - (c) musée du quai BranlyLa mêlée des cultures. Le rugby comme vous ne l’avez jamais vécu.

Jusqu’au 20 octobre 2007

Musée du quai Branly, 206 et 218 rue de l’Université ou 27, 37, 51 quai Branly 75007, 01 56 61 70 00

Le musée du quai Branly propose à la rentrée un programme original et gratuit autour de la Coupe du monde de Rugby. L’occasion de se cultiver intelligemment sur les vingts nations engagées dans la compétition.

Stéphane Martin, Président du musée du quai Branly l’affirme: “Non, le rugby n’est pas un sport comme les autres. Sport de feintes et de contrepieds, il aime se jouer des contraires: immobilité, mouvement, exploit individuel et action collective, élégance et violence, esquive et rentre-dedans.”

Cette année, la France accueille pour la première fois la Coupe du Monde. Le nouveau musée parisien profite de cette riche expérience pour mettre à l’honneur équipes et joueurs tant des pays non occidentaux – à l’instar des vitrines du musée consacrée aux cultures africaines, asiatiques, océaniennes, et américaines – que, l’occasion faisant l’exception, des nations européennes.

Voici les temps forts du programme:

Samedi 1er septembre, à partir de 11h: “Ka Mate, Ka Mate, Ka Ora, Ka Ora
Haka. Rituel maori des joueurs All Blacks (Nouvelle-Zélande) avant d'entrer dans le jeu - (c) Sébastien Galliot “C’est la mort, c’est la mort, c’est la vie, c’est la vie” – premiers mots du Haka maori prononcés par les All Blacks (Nouvelle-Zélande), avant leur matchs.
L’Université populaire du quai Branly, gratuite et ouverte à tous, propose des rencontres-débats avec des grands joueurs (Abdellatif Benazzi, Serge Simon, Daniel Herrero), des entraîneurs, des universitaires (John Kelly, Alain Berthoz) autour des thèmes suivants:
– l’évolution du jeu, avec le professionnalisme instauré en 1995 comme dernière grande révolution;
– la mondialisation croissante, avec l’implication des télévisions du monde entier autour de l’événement;
– les fondamentaux du jeu, avec un focus sur le bastion du Pacifique Sud dans la géographie mondiale du rugby.

Samedi 8 septembre, 17h: Dans le cadre des Journées du Patrimoine, thématique du Voyage en Océanie aux XVIIIe et XIXe siècles dans les archipels Tonga, Fidji et Samoa.

Dimanche 9 septembre: Ouverture gratuite du musée et pique-nique des 20 nations
Dégustations (oranges d’Afrique du sud, glaces américaines, thé japonais), danse et musique (fado portugais, tango argentin, Didgeridoo australien, harpe écossaise, chants polyphoniques géorgiens), ateliers de tatouage (îles Samoa), contes Inuit (Canada), celtiques (Irlande et Pays de Galles),initiation au célèbre Haka des All Blacks.
Et, bien sûr, les matchs seront retransmis en direct, dans le théâtre Claude Lévi-Strauss.

Dimanche 16 septembre, 15h: un après-midi pour les enfants autour de la découverte des îles du Pacifique.

Publicité

Nouveauté: une résidence d’artiste s’ouvre au musée du Quai Branly. Elle accueille du 15 juillet au 15 ocotbre 2007 Greg Greg SEMU, Self-portrait with pe'a, de face, 1995 - (c) Queensland Art Gallery Foundation Grant, Photo: Greg Semu, 2004Semu, artiste émergeant d’origine samoane. Véritable citoyen du monde, il vit entre Londres, la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis. Pour renouer avec les traditions de son peuple, Greg a subi l’épreuve ancestrale du Pe’a, tatouage initiatique polynésien, réservé aux hommes des îles Samoa.
Pendant sa résidence, l’artiste travaillera sur The Battle of the Noble Savages (La bataille des nobles sauvages). Son idée: détourner le tableau de Jacques-Louis David, Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand Saint Bernard, 1801 (Musée national du château de Malmaison) pour en faire un tableau à la gloire du “noble sauvage” – guerrier maori armé et tatoué pendant l’assaut. Afin de rendre hommage au peuple de Tangata Whenua, en Nouvelle-Zélande.
Pour ce projet, l’artiste a organisé un casting en Nouvelle-Zélande pour choisir les personnages entourant la figure du cavalier et le cavalier lui-même. Puis séance de shooting de figurants Maori. Plus tard à Paris, il réalise la numérisation des L'équipe des All Blacks - (c) musée du quai Branlyimages, le travail de montage-collage, la retouche et l’impression. Enfin, il encadre ce tableau-photographie qui est exposé en face de la photographie offerte au musée du quai branly par les All Blacks lors de leur visite en novembre 2006. Vous pourrez voir les deux oeuvres, dans le hall du musée, près de l’entrée dans le salon de lecture Jacques Kerchache, du 1er septembre au 20 octobre 2007.

Terrain de rugby éphémère - (c) musée du quai BranlyOuverture aux autres, partage et tolérance, respect et fraternité, tels sont les valeurs que le rugby et le musée du quai Branly entendent prôner par cette manifestation qui promet d’être riche en émotions et découvertes.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

3 réponses à Programme gratuit culturo-sportif au Quai Branly à partir du 1er septembre

  1. Dianed dit :

    Ca a le mérite d’être original et jamais vu, mais je trouve cette association musée du quai branly/rugby totalement ridicule et dépourvu de sens.

    Cependant, certaines activités proposées sont ludiques et peuvent s’avérer enrichissantes.

  2. Harold dit :

    comment ce nomme la photographie des all blacks merci

  3. Sophie dit :

    Bonjour Harold,

    En cliquant sur la photographie vous aurez la légende, je vous la copie ici:

    “Haka. Rituel maori des joueurs All Blacks (Nouvelle-Zélande) avant d’entrer dans le jeu – (c) Sébastien Galliot”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *