Etrangement humain

Vue de l’exposition © musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde • Photographe  : Gautier DeblondePersona

Jusqu’au 13 novembre 2016

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Publicité

Catalogue de l’exposition : 

Musée du quai Branly, Paris 7e

Le musée du quai Branly propose une étonnante exposition, mêlant amulettes, masques, statues, automates et robots pour évoquer ces « étranges humains », à mi-chemin entre les objets et les hommes.

Depuis la nuit des temps, le chamane convoque les esprits à travers une statuette à l’effigie des dieux depuis la nuit des temps. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui confèrent aux non-humains un statut proche de celui d’une personne. De l’enfant qui déifie son doudou, aux adultes qui adulent leur animal de compagnie ou leurs équipements électroniques !

Love Doll © Doll Story

Comment injectons-nous de l’humain dans les objets ? L’exposition répond à cette thématique à travers 230 oeuvres, qui analysent le processus de transformation de la matière inerte à l’objet incarné ou inanimé. Elle prolonge le débat en posant la question de savoir jusqu’à quel point les artefacts doivent-ils nous ressembler.

Publicité

Points forts de l’exposition : l’hétérogénéité des oeuvres, occidentales et non-occidentales, antiques et contemporaines, diversité des domaines couverts (de la religion à l’astrobiologie en passant par la robotique). Le parcours invite le visiteur à tester ses réactions face aux différents objets « habités ». Entre fascination, répulsion et attraction, vous ne pourrez pas rester stoïque face aux oeuvres proposées !

Vue de l'exposition © musée du quai Branly, Photo Gautier Deblonde

Celles que j’ai préférées :
* Homo Luminoso de Roseline de Thélin : à travers un faisceau lumineux se profile la silhouette d’un homme  ;
* Mechanical Avalokitesvara de Wang Zi Won (2015) : robot qui incarne Bouddha ;
* Les photographies surréalistes de Danny Van Ryswyk ;
* Le robot Berenson, né en 2011 de la rencontre entre l’anthropologue Denis Vidal et le roboticien Philippe Gaussier. Il est capable de détecter si la personne apprécie une oeuvre. A terme son rôle sera de lui proposer d’aller voir d’autres oeuvres à l’esthétique semblable. Il sera de retour parmi les visiteurs durant la semaine des vacances de printemps (17 au 24 avril 2016).

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *