L’ironie à l’oeuvre

PAUL KLEE Insula dulcamara, 1938 Huile et couleur à la colle sur papier sur toile de jute - 88 x 176 cm Zentrum Paul Klee, BernePaul Klee

Jusqu’au 26 août 2016

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Catalogue de l’exposition :

Centre Pompidou, Niveau 6, Galerie 2, Paris 4e

Le Centre Pompidou consacre une grande rétrospective à l’oeuvre de Paul Klee (1879-1940) – la première depuis 1969 – , en proposant une nouvelle lecture de son oeuvre à travers le prisme du concept Romantique de l’ironie.

Publicité

Définie par le philosophe allemand Friedrich Schlegel à la fin du XVIIIe siècle, l’ironie romantique décrit l’ensemble des moyens subversifs utilisés par les artistes pour sortir de la situation limitée du monde fini.

Paul Klee pense ainsi que l’art doit être “un jeu avec la loi” ou une “faille dans le système”. 230 oeuvres dévoilent comment l’artiste applique cette idée afin de dénoncer les dogmes de son temps, qu’ils soient artistiques ou politiques. Sa vie est en effet intrinsèquement liée à l’avènement de Hitler qui le contraindra à l’exil en Suisse (Berne).

Le parcours débute avec ses premières oeuvres – surtout graphiques – déjà marquées par la satire. Dont quelques illustrations du Candide de Voltaire (“J’ai beaucoup de tableaux mais je ne les regarde plus”, chap. 25, 1911). Klee parvient à traduire visuellement la langue acide de l’homme de lettres. Dans la série des Inventions, caricatures gravées sur zinc et cuivre, il déforme de manière grotesque les corps humain (Le Héros à l’aile ou Le Phénix âgé). Ces oeuvres sont présentées en 1906 à l’exposition internationale de la Sécession munichoise.

PAUL KLEE Der Held mit dem Flügel Le Héros à l’aile, 1905 Gravure à l’eau forte - 25,7 x 16 cm Zentrum Paul Klee, Berne

En 1911, Klee découvre le cubisme qui va nourrir sa recherche picturale. Mais, s’il s’inspire du vocabulaire prismatique, il  ironise à propos de la décomposition des figures cubistes qu’il estime dépourvues de vitalité. Dans la série des peintures à l’aquarelle réalisées lors de son voyage à Tunis (1914), l’artiste introduit des effets de distanciation. Par exemple en laissant en réserve des bandes verticales correspondant à l’empreinte des élastiques utilisés pour peindre sur le motif. Ou en découpant ses compositions, une fois réalisées, en deux ou en plusieurs parties qui deviennent ensuite des œuvres autonomes ou sont recombinées sur un nouveau support. Une manière singulière de créer car elle repose sur un acte destructeur !

Après la Grande Guerre, Klee mécanise les corps. Ses oiseaux se transforment en avions, souvent en formation d’assaut. Ses êtres humains évoquent des automates ou marionnettes. “Pour mieux dénoncer, par le truchement de la schématisation mécanique, la perte de vitalité et le rétrécissement de la vie intérieure à l’heure de la rationalisation industrielle. ‘Quand la machine enfantera-t-elle ?’ ironise-t-il”, explique Angela Lampe, commissaire de l’exposition.

Klee enseigne au Bauhaus, qui prend une nouvelle direction sous Walter Gropius en 1923. L’artiste se compare souvent à un comédien ou à un funambule (Masque=comédien, 1924 ; Portrait d’un acrobate, 1927) qui recherche l’équilibre entre son intuition et les dogmes de ses contemporains. Ses tableaux structurés par des carrés évoquent tour à tour des rythmes musicaux, des peintures de vitraux, des tapisseries, des parterres multicolores ou encore des champs vus d’en haut.

PAUL KLEE Schauspieler=Maske [Masque=comédien], 1924 Huile sur toile sur carton cloué sur bois, 36,7 x 33,8 cm The Museum of Modern Art, New York The Sidney and Harriet Janis Collection © 2016. Digital Image, The Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence

Archange (1938) représente pour moi une oeuvre clé car elle introduit la figure de l’ange, caractéristique de son oeuvre tardive – l’exposition se clôt d’ailleurs sur Angelus Militans (1940). Elle met également en avant l’épaississement de sa ligne, qui se transcrit en signes d’une écriture mystérieuse. Enfin, les arabesques rappellent la fascination de l’artiste pour l’Orient ( il passe 4 semaines en Egypte en 1928).

La salle suivante confronte l’oeuvre de Klee à celle de Picasso (Jumeaux, 1930 ; Masque peur, 1932 ; Dame démon, 1935). Les deux géants de la modernité se sont rencontrés à Berne en 1937 chez Klee. Dialogue silencieux entre fascination mutuelle et ironie critique.

PAUL KLEE Dame Daemon Dame Démon, 1935 Huile et aquarelle sur toile de jute préparée sur carton 150 x 100 cm Zentrum Paul Klee, Berne

Puis viennent les années de crise. Non seulement l’artiste est atteint de sclérodermie, mais l’arrivée de Hitler au pouvoir signe la fin de sa carrière en Allemagne. L’angoisse qui règne dans le pays se traduit par des hachures violentes. Dans Rayé de la liste (1933), l’artiste se représente sous la forme d’un masque africain pseudo-cubiste perforé par une croix noire à la limite de la croix gammée. Insula dulcamara (1938) qui se traduit par “Ile douce-amère”, illustre sa position d’artiste exilé, qui suit de loin les événements tragiques en Allemagne.

Publicité

PAUL KLEE Von der Liste gestrichen Rayé de la liste, 1933 Huile sur papier sur carton - 31.5 x 24 cm Zentrum Paul Klee, Berne Donation Livia Klee

 

Le génie de Klee résulte de sa capacité à concilier apparente simplicité des lignes et sophistication de son langage pictural. Entre dessins faussement enfantins et couleurs chatoyantes qui évoquent des notes de musique – l’artiste étant un grand mélomane, l’exposition est dédiée à Pierre Boulez -, vous ne pourrez que vous régaler !

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *