Nouveau décor pérenne de Anselm Kiefer au Louvre

Anselm KIEFER, Athanor, 2007. Emulsion, schellac, huile, craie, plomb, argent et or sur toile de lin (c) Musée du Louvre / Angèle DequierAnselm Kiefer au Louvre

Jusqu’au 7 décembre 2007

Musée du Louvre, Aile Sully, escalier Nord, 1er étage de la Colonnade, 75001, 01 40 20 55 55, 9€ (6€ les mercredi et vendredi à partir de 18h)

Le musée du Louvre poursuit sa politique d’intégration d’oeuvres du XXIe siècle en proposant à Anselm Kiefer (récemment exposé au Grand Palais avec Monumenta) de concevoir un décor pour combler l’un des rares espaces vierges du Louvre. C’est chose faite avec la peinture géante Athanor et deux sculptures entreposées dans des corniches attenantes, Danaé et Hortus Conclusus. Monumental!

Cinquante ans après Georges Braque, et deux ans avant Cy Twombly (pour la salle des Bronzes) et François Morellet (pour l’escalier Lefuel), un artiste contemporain s’attelle à réaliser un nouveau décor pour le Louvre. Anselm Kiefer a été chargé de couvrir le mur au-dessus de l’escalier de la Colonnade, en forme de nef. Tel un vitrail géant, Athanor s’expose à la lumière de la fenêtre qui lui fait face. Pour mieux communier avec le thème que cette oeuvre aborde – la “traversée des frontières” (Jean-Pierre Vernant).
L’oeuvre a été réalisée dans l’atelier de Barjac (sud de la France) de l’artiste. Elle a été montée sur quatre panneaux, que l’on décèle à peine, eux-même accrochés sur une structure porteuse, qui a été enfin installée au Louvre.

Anselm KIEFER, Athanor, 2007. Emulsion, schellac, huile, craie, plomb, argent et or sur toile de lin (c) DRAthanor – terme qui définit le four alchimique permettant de fabriquer la pierre philosophale -, représente en effet un rite funéraire sous une pluie de constellations (cf. Sternenfall), deux thèmes récurrents dans l’oeuvre de Kiefer.
Au premier plan, un homme nu, allongé sur le dos, les bras le long du corps, légèrement écartés, comme dans la position du Yoga dite “posture du cadavre” (shavasana), est dans un état de veille, de semi-inconscience, à mi-chemin entre le sommeil et la mort.
Cette position rappelle celle de son oeuvre hommage à Ingeborg (Nebelland) de Monumenta. Oeuvre qui faisait référence à l’Egypte antique. Or, le décor de Kiefer au Louvre se trouve justement à la croisée des salles dédiées à l’Egypte et aux Antiquités.
Du centre vital de l’homme (le hara, à quelques centimètres sous le nombril) s’élève une verticale qui atteint une sorte de boule de feu alors que tout autour se dilate un ciel sombre, constellé d’étoiles, et de traces de voies lactées.
Le sol sur lequel repose l’homme – sorte d’avatar de Kiefer – est argileux et craquelé. Il est irrigué par des coulées de plomb qui tracent une ligne verticale. A mi-hauteur figure une autre ligne verticale, de couleur argent, et tout en haut une dernière ligne apparaît dorée. Sur la partie droite de l’oeuvre, l’artiste a tracé de sa main, les mots (de bas en haut) nigredo, albedo, rubedo. Nom des trois couleurs de l’alchimie – noir, blanc, rouge – correspondant au plomb, à l’argent et à l’or. D’où vient immédiatement cette citation de Racine: “Comment en un plomb vil l’or pur s’est-il changé?” (Athalie, III, 7).
Kiefer, lui, reprend volontiers ces mots de Kant: “le ciel étoilé au-dessus de nous, la loi morale en moi”. Car, pour l’artiste, le corps humain est un microcosme relié au macrocosme ; les forces de l’univers sont en nous. L’art peut dès lors être perçu comme un lien entre le monde terrestre et le monde céleste, entre le réel et l’imaginaire. L’oeuvre d’art devient la matrice de cette métamorphose, le lieu de la transformation des éléments, le passage d’un état à l’autre.
Concrètement, cette ambivalence se traduit dans la fabrique de la peinture, dans sa matérialité composée de lourdeur et de légèreté.

Publicité

Les deux sculptures placées en vis à vis dans les niches de l’escalier renvoient également à la notion de mutation. Danaé relève de la mythologie grecque. Cette déesse qui a été enfantée “magiquement” par Zeus déguisé en pluie de pièces d’or, comme l’a été Marie par Dieu – symbolisé ici par la sculpture Hortus Confondus, “le jardin clos”, autrement dit, le Paradis – est incarnée par un tournesol (autre élément récurrent dans l’oeuvre de Kiefer), désséché. Il est planté dans une pile de livres calcinés – thème qui renvoie à Fahrenheit 451 (1953) de Ray Bradbury et au nazisme (cf. les livres de plomb de la maison N°6 de Monumenta). Des pétales de tournesol sont tombés sur les livres – le savoir vu comme source de renaissance (mon interprétation!). Ou/et d’après la commissaire, Marie-Laure Bernadac, une manière de rendre hommage aux femmes, qui selon Kiefer sont les seuls réceptables du savoir, car elles sont, au sens propre et figuré, génératrices de vie.

Communion avec le divin, parallèle entre mythe et religion, telle est la quintessence de ce décor qui ne manquera pas de vous inspirer à votre tour.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

7 réponses à Nouveau décor pérenne de Anselm Kiefer au Louvre

  1. Serge Meunier dit :

    Bonjour,

    Je suis provincial et ne me rends que rarement à Paris – ce qui coûte cher.
    Je suis intéressé par l’art et me sert pour cela du Net. Constat : la reproduction ici présente est mauvaise et ce n’est pas le commentaire qui y pallie.

    Je situe maintenant mon commentaire dans le cadre de la (ou des controverses) existant à propos de contemporanéité.
    Pour la petite histoire, je suis écrivain, traversant parfois des passes délicates et il n’y aurait de subsides – sans parcours du combattant – qu’aux arts plastiques. Ensuite, ma ville organise des biennales dont la plupart des habitants se contrefichent.

    Mais j’en viens au fait. Le contemporain pose la délicate question de la promotion des artistes parfois propulsés de façon quasi marketing, des achats publics, du rôle des Musées et de l’argent investi pour l’acquisition d’œuvres. Or il se trouve qu’aujourd’hui même une émission de France Culture a traité de semblables questions et une des affirmations m’a interpellé : il semble possible de connaître le montant de l’œuvre achetée.

    Que l’on me pardonne de prendre cet artiste comme prétexte pour un “détournement” (mais la repro étant médiocre, donc) : en l’occurrence, quel a été le prix de ce travail de Kiefer ? Comment peut-on connaître la somme d’argent que cela nous coûte ?..
    Merci

  2. Ben dit :

    Pour repondre à ta question :

    800 000 euros
    (Prix d’ami pour le Louvre)
    Kieffer est l’artiste le plus cher au monde, il est apparement passé devant Richter.
    La peinture allemande, pourtant decriée, reste reine du marché.

  3. Sophie dit :

    “la reproduction ici présente est mauvaise et ce n’est pas le commentaire qui y pallie”.
    Merci pour votre critique constructive et argumentée! Quant à la reproduction, je vous laisse le plaisir de vous en plaindre au service de presse du musée du Louvre.

  4. BER dit :

    Que la reproduction soit “mauvaise” : peu importe : on ne demande pas à une image virtuelle sur un site internet d’être une reproduction de livre d’art. De plus, les images sur internet sont nécessairement de qualité très relative, afin d eprotéger l’oeuvre elle-même. Le procès fait ici par “l’écrivain” n’est pas fondé. qui prétend s’intéresser un tant soit peu à l’art peut (à défaut de visite au Louvre) se procurer un livre sur Kiefer. pour 17 euros, je viens d’en acheter un neuf, avec un excellent texte et des reproductions d’une qualité parfaite, telles que le permet laujourd’hui a technologie de reproduction des images. il faut considérer l’image comme un support, permettant d’illustrer le propos du texte joint, ou comme point de départ d’une méditation personnelle, ou comme quasi métaphorique de l’oeuvre elle-même. Cela éviterait de tout confondre et de dresser de faux procès.
    B. E – R

  5. Sophie dit :

    Merci B. E-R :)

  6. Lena dit :

    Je suis en train d’écrire un dossier sur l’oeuvre de Kiefer au Louvre, et je n’ai pas pu trouver la hauteur de la sculpture de Danaé. Ni sur Internet, ni dans le catalogue. Pourrait qn m’en dire plus peut-être?? merci

  7. Ping :La musique de Pierre Boulez s’immisce au Louvre - pierre boulez oeuvre fragment musee louvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *