Napoléon

Jusqu’au 19 décembre 2021

Grande Halle de La Villette, 221 avenue Jean Jaurès, Paris 19e

#ExpoNapoleon

Événement culturel attendu pour célébrer le bicentenaire de sa mort, l’exposition présentée à La Villette est une véritable mise en scène de la carrière politique et de la vie intime de Napoléon Bonaparte (1769-1821). Un homme légendaire qui était à la fois adulé et décrié, consacré empereur mais fondateur de la première République de France, initiateur du Code Civil mais aussi du rétablissement de l’esclavage. C’est cette constante dualité du personnage qui fascine encore aujourd’hui.


Jacques-Louis David, Bonaparte, Premier consul, franchissant le Grand- Saint-Bernard le 20 mai 1800, 1802. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © Rmn – Grand Palais (château de Versailles) / Franck Raux

Le parcours débute par un rappel historique sous forme d’un court-métrage, bien fait mais peu agréable à regarder car on doit rester la tête levée pour voir l’écran, la nuque cassée. Il évoque la naissance de Napoléon Bonaparte à Ajaccio le 15 août 1769, deuxième fils d’une famille de huit enfants, dans le contexte de la Révolution française.

Les salles s’enchaînent ensuite de manière chronologique, à partir de ses premières années d’études sur le continent, au collège militaire de Brienne (Aube), à tout juste dix ans.

Devenu général, Bonaparte prend le commandement de l’armée “d’Italie” en 1796, pour combattre les Autrichiens au nord de la péninsule. Ses victoires lui valent de mener l’expédition en Égypte, d’où les artistes accompagnateurs rapportent des motifs qui égaieront les arts décoratifs français.


Antoine-Jean Gros, Napoléon Bonaparte en Premier consul, 1802
Paris, musée national de la Légion d’Honneur © Rmn – Grand Palais / Gérard Blot

En 1799, Napoléon Bonaparte organise un coup d’État dit du 18 Brumaire. Le Directoire est remplacé par un Consulat, dont il prend la tête à trente ans. Cette salle est dotée de deux écrans qui décryptent l’exercice du pouvoir par deux commissaires d’exposition. L’un d’entre eux, Arthur Chevallier (écrivain et éditeur), explique la différence entre la mentalité tyrannique de Napoléon – il n’aimait pas être contredit, surtout après 1807 et sa victoire sur les armées du tsar Alexandre -, mais son obligation de respecter les règles de la République (Napoléon est élu empereur par le Sénat, suite à un plébiscite du peuple) qu’il a lui-même instaurée, avec ses contre-pouvoirs (royalistes, assemblées parlementaires). Sa personnalité était tyrannique, mais pas son exercice du pouvoir.

La salle du sacre de l’empereur, dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris en 1804 est animée par un écran géant qui analyse la peinture de Jacques-Louis David (conservée au musée du Louvre), peintre officiel, et présente les différents personnages présents. En face trône l’un de ses sièges au velours rouge (il en a une quinzaine qu’il déploie dans ses différentes résidences) et un portrait le présentant calme sur son cheval fougueux (cf. première image).


Thomire – Duterme et Cie, Berceau du roi de Rome aux Tuileries, 1811. Musée national du château de Fontainebleau, musée Napoléon 1er © Rmn – Grand Palais (château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Vient ensuite le temps de l’intime avec ses lettres d’amour à Joséphine lues par Lou Doillon, deux portraits de sa seconde épouse, Marie-Louise, qui lui donne enfin un fils, Alexandre, nommé dès sa naissance roi de Rome.


Poussin (tapissier), Bivouac de l’Empereur Napoléon Ier, modèle de 1808, première moitié du 19e siècle. Coutil rayé bleu, indienne. Paris, Mobilier national © Mobilier national, photo Isabelle Bideau

Les batailles sont évoquées en deux temps : les victoires dont celle durement gagnée à Eylau contre l’empire russe soutenu par les Prussiens, qui donne lieu à un carnage. 1807 marque le faîte de sa carrière militaire et politique. Une carte et des bustes représentent l’Europe avec les membres de la famille Bonaparte à la tête de chaque pays. Napoléon est alors le plus grand maître du continent.

Mais la roue tourne et c’est le temps des défaites, en particulier en Espagne (1808-1814) qui s’est allié aux Britanniques et aux Portugais, puis de nouveau en Russie (1812) où son armée subit la rigueur de l’hiver, les maladies et les privations. Face à la faiblesse de la Grande Armée napoléonienne, qui vient de perdre 200 000 hommes, les coalisés (Angleterre, Prusse, Autriche, Russie et Suède) prennent leur revanche. Ils envahissent la France pour chasser Napoléon du pouvoir. Ils entrent dans Paris en mars 1814. Un mois plus tard, Napoléon abdique à Fontainebleau. Louis XVIII, frère de Louis XVI monte sur le trône.

Après un an passé sur l’île d’Elbe, au large de la Toscane, Napoléon revient et chasse Louis XVIII. Mais il subit un revers de bataille à Waterloo en 1815 et doit s’exiler définitivement à Sainte-Hélène, où il mourra (1821). Le parcours se termine sur son masque mortuaire et sa statue, assis, diminué, sur un arrière fond bleuté.

Pour compléter cette exposition dont la scénographie et la part belle au numérique la rendent particulièrement vivante, je vous recommande la visite de l’exposition, plus intime, “Joséphine/Napoléon – Une histoire (extra)ordinaire”, dans les salons de l’hôtel particulier du 12 place Vendôme, organisée par la maison Chaumet. Son fondateur, Marie-Étienne Nitot était le joaillier attitré de l’impératrice. L’accent est mis sur le rôle de Joséphine, qui a certes été écartée du pouvoir et du coeur de Napoléon “pour le bien de la Répubique”. Cependant, pied-de-nez à l’histoire, Napoléon à la fin de sa vie ne cessera d’évoquer ses souvenirs avec elle, dans ses mémoires dictés à Sainte-Hélène. Et ce sont ses descendants (elle avait eu deux enfants avec son premier mari, le vicomte Alexandre de Beauharnais) qui sont encore aujourd’hui à la tête de cinq dynasties européennes ! L’entrée est libre, sur réservation.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *