Le théâtre mystique de Paradjanov

J'ai vendu ma datcha, 1985 - (c) Musée Paradjanov, ErevanParadjanov le Magnifique, collages & La jeune scène arménienne

Jusqu’au 8 avril 2007

Ecole nationale supérieure des beaux-arts, salle des expositions, 13 quai Malaquais 75006, 01 47 03 50 72, 4€

Première exposition à Paris de l’oeuvre plastique de Serguei Paradjanov (1924-1990), éminent cinéaste d’origine arménienne, Paradjanov le Magnifique regroupe plus de 70 collages réalisés entre 1970 et 1990.

S’inscrivant dans la thématique Arménie mon amie, Année de l’Arménie en France, l’exposition présente également (au RDC) une dizaine d’oeuvres de jeunes artistes plus ou moins fidèles à l’héritage de Paradjanov – Sona Abgarian, Diana Hakobian, Tigrn Khachatrian, et Astghik Melkonian.

Né de parents arméniens à Tbilissi, en Géorgie, Serguei reçoit une éducation artistique axée sur le chant, le violon, le ballet et la peinture. Il entre en 1946 à l’Institut d’études cinématographiques de Moscou (le V.G.I.K.), où enseignent Igor Savtchenko, Mikhail Romm et Dovjenko.

C’est avec son quatrième film, Les Chevaux de feu (1964) qu’il se fait connaître sur la scène internationale. Tandis que le suivant Sayat Nova (La Couleur de la grenade, 1969) – du nom du poète arménien du XVIIIè siècle – le met au ban du régime soviétique jugeant le film “hermétique et d’esthétisme décadent”.

Par la suite, tous ses projets de film sont refusés. Sa mauvaise habitude de s’insurger contre l’arrestation de journalistes et d’intellectuels ukrainiens ne plaident pas en sa faveur…

L'oiseau nocturne de Tarkovsky, 1987 - (c) Musée Paradjanov, ErevanPour pouvoir l’arrêter, de fausses accusations sont avancées. Une inculpation – non des moindre – pour “trafic d’icônes, de devises, d’incitation au suicide et homosexualité” le mène tout droit dans un camp de travail (1973).

La pression internationale lui ouvre les portes du camp en 1977. Pour une courte durée puisqu’il sera de nouveau arrêté en 1982.

Variation sur le thème de H. Bosch, série 'Quelques épisodes de la vie de la Joconde', 1988 - (c) Musée Paradjanov, ErevanEn prison, Paradjanov réalise la majorité de ses dessins et collages, qui jouent un rôle aussi important que ses films dans son processus créatif. Les oeuvres ici présentées proviennent des collections de la Maison-Musée Paradjanov d’Erevan. Toutes se distinguent par leur inventivité foisonnante, à la croisée des cultures orientales et chrétiennes. La série des Joconde illustre le goût de l’artiste pour la métamorphose et l’humour.

Publicité

Esquisse pour Le Démon (La Mère Supérieure), 1987 - (c) Musée Paradjanov, ErevanEn 1984, enfin libre, Paradjanov reprend la caméra et produit La Légende de Souram, Arabesques sur le thème de Pirosmani (1986) et Achik Kérib (1988), son dernier film. L’artiste meurt alors qu’il tourne Confession (1990). Une oeuvre inachevée, dans laquelle “Littérature, histoire, ethnographie et métaphysique se fondent en une unique vision cinématographique, en un acte unique”.

Paradjanov au paradis, 1988 - (c) Musée Paradjanov, ErevanL’exposition tend à recréer l’atmosphère du “palais des merveilles” de la maison de l’artiste à Tbilissi, qu’il appelait son “petit théâtre”. Mysticisme, sacré, et destinée – à travers de nombreux autoportraits se référant à son enfance – sont le fil conducteur de cet accrochage qui rend honneur au maître.

NB: Ne manquez pas la petite exposition au sein de l’ENSBA (14, rue Bonaparte 75006) sur les dessins de Taddeo et Federico Zuccari, deux frères italiens du début du XVIè siècle. Le premier est célèbre pour ses fresques du Palais Mattei à Rome (1548). Tandis que le second est remémoré pour le Jugement dernier du Duomo de Florence et le cycle consacré à la vie de saint Hyacinthe dans l’église Sainte-Sabine à Rome.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *