Le goût des autres

Festival à voir & à manger

Du 10 au 19 mars 2012

Centquatre, 5 rue Curial, Paris 19e

Attention vos yeux (et vos papilles), voici la première édition du “Festival A voir & à manger”. Présenté au Centquatre, il a pour thématique les sens et l’ADN culinaire. La programmation paraît alléchante : performances, dîners expériences, collecte des recettes oubliées de famille…

Pour vous mettre en appétit, voici quelques friandises qui vous seront offertes.

Radhouane El Meddeb prépare sur scène un couscous tout en dansant. L’odorat, rarement invoqué lors des spectacles vivants, est ici au coeur de l’expérience. “L’idée de départ est empirique”, explique l’artiste. “Dans ma famille,  j’ai longuement observé ma mère et mes tantes préparer le couscous. Plat national servi à toutes les occasions: mariages, circoncisions, deuils… Un même plat pour différents événements qui ponctuent une même existence. Une constante : l’amour de la préparation, la sensualité des produits, une forme de sacralité, de solennité de ce moment de partage indépendamment des circonstances qui convoquent ce repas.” La proposition chorégraphique de Radhouane El Medded fait appel à tous les sens et à leur confusion.

Dans le spectacle Teatro da mangiare ?, on mange vraiment. Des mets – tout a commencé avec des tagliatelles, naturellement! – que la compagnie cultive depuis 1989. Les aliments sont transformés dans leur ferme, au milieu des collines qui entourent Bologne.  La compagnie Teatro delle Ariette a ainsi retrouvé son idée de théâtre – “l’invisible théâtre du cœur” – dans son contact avec la terre.

Rencontre avec Yvan Cadiou, devenu chef à 20 ans, au Portugal. Après un apprentissage de la cuisine classique avec un compagnon du tour de France et un an dans les palaces parisiens, il sillonne le monde, chef de paquebots, de voiliers, d’hôtels de luxe, de casinos, de milliardaires. Pour finalement décider d’aller vers une cuisine plus libre et un certain goût du spectacle. Il tourne plus de 250 émissions en Grande Bretagne, France et Chine, et écrit 15 livres de cuisine. On le retrouve, ensuite, aux côtés de Stéphane Bern, avec la rubrique “Le marché d’Yvan”: un jour, un marché, une recette de produits de saison improvisée, grâce à sa Cookcase. Avec l’aide du décorateur Charles Grossir, Yvan donne vie à son lieu de création, ni atelier de cuisine, ni restaurant, mais lieu vivant et coloré. Ce nouveau mobilier, devenu décor, car cette cuisine est démontable, et sa panoplie d’ustensiles d’ici et d’ailleurs, transforment la table d’Yvan et sa cuisine en spectacle. Point de coupure ici entre la salle et la cuisine, le public et la scène.

Suite à une réflexion sur nos manières de tables, Charlotte Brocard s’amuse à prendre le contrepied du : “On ne joue pas à table”. Elle propose à ses convives de manjouer (jouer et manger en même temps) afin de faire du repas un moment de complicité et de partage. Invités à prendre place autour de la table, les convives découvrent des couverts insolites, extra longs, courbés, à double extrémité, des verres siamois pour un cocktail inattendu, des nappes à messages et plein d’autres accessoires extraordinaires.

Publicité

Etc. etc.

Ce qui m’a paru intéressant dans ce festival et qui m’incite à vous le faire découvrir, bien que je ne l’ai pas encore testé, est l’idée de retrouver le plaisir d’être à table et de communiquer ensemble. Une fantaisie honorable à l’heure où la junk et la street food en séduit plus d’un…

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *