Fantin-Latour

Henri Fantin-Latour La Lecture 1877 huile sur toile ; 97,2 x 130,3 cm Lyon, musée des Beaux-Arts © musée des Beaux-Arts de Lyon / Photo Alain BassetA fleur de peau

Jusqu’au 12 février 2017

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Catalogue de l’exposition : 

Musée du Luxembourg, 19 rue de Vaugirard, Paris 6e

Publicité

Le musée du Luxembourg présente une rétrospective de l’oeuvre de Henri Fantin-Latour (1836-1904) autour de ses célèbres natures mortes – incroyablement vivantes ! -, des portraits de groupe originaux. Mais également une part méconnue de son oeuvre : les peintures dites “d’imagination”.

Dès ses oeuvres de jeunesse, Henri Fantin-Latour (né à Grenoble, vit à Paris à partir de ses 5 ans) réalise des “études d’après nature” : principalement des portraits de ses soeurs, une de profil, une de face, sans qu’elle ne communique entre-elles ou que le peintre ne trahisse le lien qui les unit. Il garde résolument ses distances vis à vis de ses modèles.

Mais quand il s’agit de se représenter, Fantin-Latour transcrit son visage (Autoportrait, la tête légèrement baissée, 1861) par des traits expressifs, condensant tous les sentiments qui l’animent : ambition de la réussite, doute d’y parvenir.

Henri Fantin-Latour Fleurs d’été et fruits 1866 huile sur toile ; 73 x 59,7 cm Etats-Unis, The Toledo Museum of Art © The Toledo Museum of Art

Parallèlement, ses premières natures mortes font preuve de rigueur scientifique, mêlant la réalité de leur représentation à l’artifice de leur mise en scène. A l’image des natures mortes hollandaises du XVIIIe siècle.

Si Fantin-Latour est déjà reconnu en Angleterre, exposé à la Royal Academy of Arts dès 1862, il faut attendre ses portraits de groupe pour qu’il perce en France, grâce notamment à son Hommage à Delacroix (1864).

Avec Le Toast (1864/65), Un atelier aux Batignolles (1870 ; acheté par la Ville de Paris en 1892) et Coin de table (1872), le peintre se range parmi les grands poètes modernes : Baudelaire, Rimbaud, Verlaine.

Henri Fantin-Latour Coin de table de gauche à droite : Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Elzéar Bonnier, Léon Valade, Emile Blémont, Jean Aicart, Ernest d’Hervilly, Camille Pelletan 1872 huile sur toile ; 161 x 223 cm Paris, musée d’Orsay © Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay) / Photo Hervé Lewandowski

Plus tard, il reprendra ce credo pour rendre hommage aux musiciens de son temps dont Berlioz (L’Anniversaire, 1876) et Wagner.

Publicité

Henri Fantin-Latour L’Anniversaire 1876 huile sur toile ; 220 x 170 cm Grenoble, musée de Grenoble © Musée de Grenoble

Ayant maintenant confiance dans la puissance de son art, Fantin-Latour développe des peintures “d’imagination”. Il adapte librement des récits mythologiques (La Tentation de saint-Antoine, 1897), prétextes à de fausses scènes de genre où s’exhibent des nus à leur toilette (La toilette de Vénus) ou émergeant de ses songes (La Nuit, 1897).

Henri Fantin-Latour La Nuit 1897 huile sur toile ; 61 x 75 cm Paris, musée d’Orsay © Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay) / Photo Hervé Lewandowski

Un parcours chronologique accompagne cette exposition, certes classique, mais menée à bon terme. Les natures mortes de la maturité du peintre sont troublantes de réalisme (Capucines double, 1880 ; Pieds d’alouette, 1887), d’une finesse d’exécution fascinante ; des oeuvres hautement poétiques qui seront une révélation pour qui n’est pas un(e) adepte du genre !

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Fantin-Latour

  1. Ping :Frédéric Bazille Musée d'Orsay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *