La biodiversité en images

Hyperolius sp. Petite rainette verte, espèce encore indéterminée (c) Xavier Desmier / MNHN / PNILes inventaires de la biodiversité

Jusqu’au 30 octobre 2010

Jardin des Plantes, 57 rue Cuvier 75005, Entrée libre

Dans le cadre de “l’année internationale de la biodiversité”, le Jardin des Plantes expose une série de photographies naturalistes. Ainsi qu’une carte géante de la France sur laquelle le visiteur peut marcher pour découvrir l’ensemble des parcs naturels et les espèces végétales et animales qui confèrent à l’Hexagone ses multiples visages tant appréciés des touristes.

Au loin, une montagne puissante, acérée, et à son pied coule une rivière, placide, tranquille, douce. 'Je crois que ces contrastes sont des attraits qu'ont en commun le photographe et le chercheur: souvent l'esthétique d'un site traduit un intérêt scientifique fort'. En formant le dernier éperon alpin avant la mer, les parcs du Mercantour et Alpi Marittime jouissent d'une situation géographique privilégiée qui crée une diversité de paysages unique (c) Philippe Richaud PNMSur les grilles du jardin écologique (à proximité de la ménagerie et des serres) du Jardin des Plantes, soixante-dix photographies rendent compte des inventaires de la biodiversité. Ils ont été réalisés dans trois milieux distincts, correspondant à trois échelles d’observation différentes: le Jardin des Plantes, le Parc national du Mercantour-Alpi Marittime, et la région Mozambique/Madagascar.

Mollusque non encore identifié, collecté pendant l'expédition à Fort Dauphin, Madagascar (c) Bob Abela / MNHN / PNIL’idée de réaliser des inventaires, comme on les pratiquait aux XVI et XVIIe siècles (exposés ensuite dans les cabinets de curiosités), pourrait paraître saugrenue. Pourtant,  en ce début du XXIe siècle, l’inventaire des espèces de la terre est loin d’être terminé! Les scientifiques ont déjà répertorié 1,9 million d’espèces et ils en découvrent encore tous les jours. Or, une grande partie d’entre-elles pourrait disparaître d’ici la fin du siècle, avant même d’avoir été répertoriées…

En outre, grâce aux nouvelles technologies – techniques moléculaires, géo-localisation, imagerie et acoustique numériques -, les inventaires sont aujourd’hui dynamisés et n’ont rien de “ringard”!
Bourrache officinale, Jardin des Plantes (c) Marie José Portas / MNHNL’exposition du Jardin des Plantes permet justement d’apprécier le travail de fourmi de ces spécialistes, des systématiciens aux naturalistes de terrain, qui consacrent leur passion à la découverte des espèces, constitutives du tissu vivant de notre planète.

Publicité

Un paysage d'une beauté à couper le souffle, qui évoque les grands canyons de l'Ouest américain. Mais ces terres rouges sont bel et bien made in Mercantour (c) Philippe Richaud PNMLes photographies, incroyablement zoomées, offrent une occasion unique d’observer le moindre poil des araignées ou moisissure de champignon! Elles rendent compte des paysages magnifiques du Parc national du Mercantour-Alpi Marittime ou des levers de brume au Mozambique. Plus proche de nous, le visiteur découvre les espèces de héron, pinson, et coccinelle jaune à 22 points (la plus courante est la rouge à sept points) qu’abrite le Jardin des Plantes.

Une exposition parfaite dans le cadre d’une ballade dominicale qui permet de sensibiliser le public au suivi et à la protection des espèces. Ne ratez pas également les différentes variétés de blé plantées dans le Jardin – une céréale considérée comme commune qui vous surprendra par la diversité de ses variétés. Sans oublier la gigantesque carte de France, hyper détaillée (private joke: même Etables y est représenté, c’est dire!), répertoriant les espèces végétales et animales que l’on peut admirer dans nos contrées.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *