Architecture française versus finlandaise

Portrait Dominique Perrault (c) Jean BerDominique Perrault Architecture
Jusqu’au 22 septembre 2008
Centre Pompidou, Galerie Sud, niveau 1, Place Georges Pompidou 75004, 01 44 78 12 33, 10 à 12€ selon période

Villa Nuotta, Kerimäki, 2007. Tuomo Siitonen Architects (c) Photo Mikko AuerniityArchitectue finlandaise, Sélection 2006-2007
Jusqu’au 7 septembre 2008
Cité de l’architecture & du patrimoine, Palais de Chaillot, Galerie d’actualité, niveau 2, 7, avenue Albert de Mun 75116, 01 58 52 00, Entrée libre

Former les regards à l’architecture… Deux expositions parisiennes, l’une au Centre Pompidou – Dominique Perrault Architecture – , l’autre à la Cité de l’architecture & du patrimoine – Sélection d’architecture finlandaise -, visent à familiariser le public avec la géométrie urbaine qui nous entoure au quotidien. Mais qui en a conscience?

Moins médiatique que son confrère le design, l’architecture est un domaine encore rarement exposé. Trop technique, trop scientifique, trop élitiste? Le Centre Pompidou et la récente Cité de l’architecture & du parimoine, entendent mettre à bas ces prétextes et démocratiser un sujet qui interpelle nos sens dans la vie de tous les jours.
Implantation urbaine (c) Perrault Projets / AdagpPourtant de notre lieu d’habitat à notre lieu de travail en passant par les espaces commerciaux, sportifs et autres, l’architecture est omniprésente!
Or, si le public n’en a pas conscience c’est que l’architecture contemporaine vise non pas à édifier des bâtiments purement fonctionnels mais à “créer des paysages” (Dominique Perrault).

Transparence, ouverture, géométrie variable, logique relationnelle sont des concepts architecturaux qui permettent de moduler des bâtiments et de les intégrer dans un environnement plus ou moins urbain.

Vue d'ensemble du théâtre Mariinsky II de Saint-Pétersbourg, Russie, 2003 (c) Perrault Projets / AdagpL’architecture de Dominique Perrault (né en 1953 à Clermont-Ferrand) se caractérise non pas par sa volonté “d’imposer un style mais de prendre en compte chaque situation dans sa spécificité et sa complexité”. Autrement dit intégrer au mieux un bâtiment en fonction du tissu relationnel qu’il entretient avec son entourage. Un exemple significateur de cette recherche conceptuelle est le théâtre Mariinsky II à Saint-Pétersbourg (2003). “Sa forme de carapace à facettes […] renvoie à la géologie avec ses arêtes cristallographiques et au luxe de l’opéra avec sa couleur dorée […], analyse Luis Fernandez-Galiano (in Neuf Contes Moraux: de “l’esprit de géométrie” à “l’esprit de finesse“.

De fait, l’architecte français avait un critère de taille  respecter: le théâtre Marriinsky s’inscrit au coeur historique de Saint-Pétersbourg, classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.  Dominique Perrault a alors imaginé une enveloppe qui recouvre l’édifice, mais également un espace intermédiaire pour circuler en rues couvertes et offrir terrasses, balcons et belvédères.

Vélodrome et piscine olympique de Berlin, Allemagne, 1992-1999 (c) PressefotoCe système d’enveloppe – un rideau de mailles métalliques – est devenu la marque de fabrique de Dominique Perrault Architecture. Il a été le premier à en créer le design et l’usage. Déjà présents à l’intérieur de la Bibliothèque Nationale de France (1989-1995), ces rideaux permettent de délimiter l’espace de manière fluide, générant des espaces semi-publiques semi-privés. On les retrouve sur la façade du musée Reina Sofia à Madrid (1999), sur le vélodrome et la piscine olympique de Berlin (1992-1999), ou encore enveloppant la Fondation François Pinault à Venise (2001).

Vue extérieure de la Bibliothèque Nationale de France, Paris, 1989-1995 (c) Georges Fessy / DPA / AdagpLa scénographie de l’exposition au Centre Pompidou reprend tout naturellement cet élément constitutif de l’architecture de Dominique Pernault. Avec en guise de prologue, deux constructions phare du cabinet (la BNF et le théâtre de Mariinsky) mises en exergue.

Conçue de manière à être visible des trois façades extérieures transparentes, l’exposition s’organise à l’intérieur comme autant de sections regroupant divers projets présentés sur des tables basses. A l’image du quatrième mur, scindé en 13 sections, qui diffusent 13 films, réalisés par Richard Copans, au sujet de 13 réalisations. Des fauteils Tricot permettent de s’assoir pour visualiser une interview de Dominique Pernault en même temps que l’application de ses propos – la conception des projets.

L’ensemble de l’exposition répond à une logique conceptuelle et non esthétique. “Le propos est bien plus dialectique que narratif”, explique l’architecte. Il ne s’agit pas d’une rétrospective ou d’un point de départ mais d’un arrêt sur image à un moment donné, un état des lieux d’un cabinet d’architecture à la renommée internationale.

Publicité

Villa Nuotta, Kerimäki, 2007. Tuomo Siitonen Architects (c) Photo Mikko AuerniityIdem pour l’exposition de la Cité de l’architecture & du patrimoine, qui offre un panorama urbain de ce qui a été réalisé par des architectes finlandais (notamment à Helsinki et sa périphérie) entre 2006 et 2007. De grands panneaux présentent 25 réalisations, essentiellement des habitats s’intégrant dans le paysage forestier, entouré de lacs, du sud du pays scandinave. Mais aussi en Chine ou en Lettonie.

Kamppi Centre. Apartments (right), Marja-Riitta Norri Architects. Shopping centre, Juhani Pallasmaa Architects. Tennispalatsi Square, Arx Architects (c) Photo Michael PerlmutterQue ce soit en milieu urbain ou naturel, l’architecture contemporaine vise non seulement à utiliser des matériaux performants et le plus écologique possible mais à s’intégrer par la forme dans un espace géographique, parfois historique, donné. Pour combattre certaines erreurs du passé et faire en sorte que l’homme vive heureux, même en ville.

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

3 réponses à Architecture française versus finlandaise

  1. Pour ma part je trouve que l’architecture francaise sort du lot !

  2. Ping :Prix Marcel Duchamp 2007: Tatiana Trouvé - Artscape: Art, Culture & Paris

  3. Architecture dit :

    Bonjour,

    “Moins médiatique que son confrère le design, l’architecture est un domaine encore rarement exposé. Trop technique, trop scientifique, trop élitiste ?”

    Peut être tout simplement, un public peu enclin a l’apprécier. Quoi qu’il en soit mon parcours personnel m’amène a classer l’architecture dans les ‘incompris’ de la vie.

    cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *