Quand la mode part à l’assaut de l’art

Disneyland vu par Martin Parr chez Colette, Paris, 2008Disneyland vu par Martin Parr

Jusqu’au 5 juillet 2008

Colette, 1er étage, 213 rue Saint-Honoré 75001, 01 55 35 33 90, Entrée libre

Le célébrissime magasin de mode Colette ouvre sa petite galerie d’exposition aux photographies du non moins people Martin Parr. Membre de l’agence Magnum, Martin Parr a le don d’observer les us et coutumes de nos contemporains, sous un angle à la fois acidulé et chaleureux. Ici, il s’embarque pour la première destination touristique européenne: Disneyland Resort Paris…

Martin Parr (né en 1952, dans le Surrey) s’est fait connaître par ses photographies témoignant de la misère de la classe ouvrière sous l’ère de la Dame de Fer (1979-1990) en Grande-Bretagne et sur le mode de vie de l’Anglais lamba. Ses séries éditées dans Bored Couples et Common Sense traduisent la monotonie, l’absence de sens, de la vie moderne.

Disneyland vu par Martin Parr chez Colette, Paris, 2008A l’inverse des photographies de Disneyland Paris, qui mettent en scène la magie vendue par la machine à rêve américain.

Du moins en apparence…

Disneyland vu par Martin Parr chez Colette, Paris, 2008Car au-delà de la fascination qui se lit dans le regard des enfants, Martin Parr enregistre Disneyland vu par Martin Parr chez Colette, Paris, 2008avec un sourire amusé l’enthousiasme des parents, un tantinet ridicule avec leurs serre-têtes Mickey, sac à l’effigie de Daisy et autre…

Disneyland vu par Martin Parr chez Colette, Paris, 2008Ce ton discrètement provocateur – simplement traduit visuellement par des couleurs saturées qui dénoncent la féérie mise en oeuvre – a valu à l’artiste une reconnaissance internationale et son ticket d’entrée au club Magnum (1994).

Depuis, Martin Parr a été nommé professeur de photographie à l’université du Pays de Galles, commissaire invité aux prestigieuses Rencontres d’Arles (2004). Il a également fait l’objet d’une rétrospective à la Barbican Art Gallery (Londres), au Museo Nacional de Arte Reina Sofia (Madrid), à la Maison Européenne de la Photographie (Paris) et à la Deichtorhallen (Hambourg).

Publicité

Tout en continuant à photographier dans la lignée du documentaire social, l’artiste accompli s’intéresse à la radio, à l’édition, et récemment au cinéma. Avec toujours comme credo: l’humour contre l’absurdité de notre monde contemporain.

On sourit (jaune) devant la vérité qui surgit de ces photos implacables car nous avons tous été à Disneyland Paris… Heureusement, d’après l’adage, le ridicule ne tue pas, does it?!

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *