Objets fabriqués par des internés juifs dans 2 camps français

'Beaune-la-Rolande, A ma chère fille Germaine, en souvenir de son 2e anniversaire'. Bateau fabriqué par Chaïm Kac, pour sa fille Germaine, Beaune-la-Rolande, 4 avril 1942. Bois, métal (c) Kac et MélikianDerniers souvenirs, objets des camps d’internement de Pithiviers et Beaune-la-Rolande, 1941/42

Jusqu’au 13 avril 2008

Mémorial de la Shoah, 17, rue Geoffroy-l’Asnier 75004, 01 53 01 17 01, Entrée libre

Le mémorial de la Shoah présente une exposition précieuse sur les objets fabriqués par les internés juifs, dans les camps de Pithivers et Beaune-la-Rolande (Loiret), avant d’être déportés à Auschwitz. Un hommage émouvant.


Une centaine d’objets de bois, essentiellement des porte-plumes et des maquettes de bateau, sont exposés, prêtés par les familles à qui ont été légués ces souvenirs, d’un père à ses enfants, d’un époux à sa femme, d’un frère, d’un fiancé.

'Souvenir de Pithiviers 1941-42, A ma petite Anny chérie de son Maurice'. Porte-plume envoyé par Maurice Einhorn à Annie Klein. Le dessin figurant sur le porte-pume est probablement l'oeuvre d'Isaak Schoenberg. Pithiviers, 1941-42. Bois, 19 cm. Collection Claude UngarL’idée de rassembler ces objets est née de l’expérience de Claude Ungar. Ce dernier avait en effet conservé avec soin le porte-plume de bois, gravé, offert par son père à sa mère, alors qu’il était interné à Pithiviers. Il y a quelques années, Claude a entrepris de retrouver les autres objets fabriqués par les compagnons de son père.

Chaïm Kac, artisan ébéniste, dans l'atelier du camp avec l'un des deux bateaux qu'il offira à chacune de ses filles. Beaune-la-Rolande, 18 mai 1942 (c) Kac et MélikianC’est grâce aux assistantes sociales de la Croix-Rouge, qui ont installé des permanences dans les camps du Loiret, que sont créées les “baraques culturelles”. Elles comprennent une bibliothèque, une salle de jeux, un foyer, un groupe musical, des cours de culture générale.

Début juillet 1941, les ouvriers tailleurs internés à Beaune-la-Rolande réalisent des objets à partir d’un simple couteau. En novembre 1941, la Commission culturelle du camp de Pithiviers organise une exposition des objets fabriqués par les internés.

Convocation dite du 'billet vert' envoyée par la Préfecture de Police à Alexandre Wertheimer, Paris,  8 mai 1941 (c) Mémorial de la Shoah / CDJC, Coll. WertheimerMais 1942 sonne le glas de ce semblant de traitement privilégié. En janvier, la conférence de Wansee programme l’application de la Solution finale. La rafle du Vel’ d’Hiv, juillet (1942), après celle du “billet vert” (mai 1941) – nom donné d’après le document de la Préfecture de Police qui requiert de se présenter le lendemain à 7h pour être emmené en train de la gare d’Austerlitz aux camps du Loiret -, apportent 9.000 internés aux camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande. Alors qu’ils avaient été conçus pour en recevoir 2.000.
Le 30 juillet 1942, Berlin ordonne que les enfants âgés de moins de 16 ans soient incorporés dans les “trains de la mort”, suivant une proposition de…Pierre Laval. Dès le lendemain, des familles entières sont déportées des camps du Loiret directement à Auschwitz.

Publicité

Pithiviers devient ensuite un camp de prisonnier politique (automne 1942), notamment pour les internés communistes. Le camp de Beaune-la-Rolande sera quant à lui fermé en août 1943, sur ordre d’Aloïs Brunner.

Cette exposition est l’occasion d’aller visiter le mémorial de la Shoah. Les objets taillés finement apportent un peu de légèreté et d’humanité au milieu de tant d’atrocités véhiculées par les souvenirs commémorés par ce site historique. Car “surtout, n’oublions pas”.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *