Remarquables dessins français présentés au Louvre

Stefano della Bella (1610-1664), Figure de carrousel, Plume et encre brune, lavis brun, rehauts d'aquarelle. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Collection Edmond de Rothschild? - (c) Photo RMN / Thierry Le MageLa collection Chennevières, quatre siècles de dessins français

Jusqu’au 7 juin 2007

Musée du Louvre, aile Denon, 1er étage, salles 9 et 10, 99 rue de Rivoli 75001, 01 40 20 53 17, Accès libre avec le billet d’entrée du musée (8,50€, 9€ à partir du 01/07/07).

Ancien conservateur des musées du Louvre et du Luxembourg, Philippe de Chennevières (1820-1899) – amateur d’art passionné – est parvenu à rassembler une collection exceptionnelle de 3.600 dessins français, datés de 1500 à 1860.

Louis-Jean Desprez (1743-1804), Vue de Stockholm, Aquarelle, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques - (c) Photo RMN / Gérard BlotSa vie durant, cet homme érudit a retracé une véritable histoire de l’art français, rendant hommage aux petits et grands maîtres, parisiens et provinciaux.

Très jeune, Philippe de Chennevières – fils d’une famille noble originaire de Falaise (Calvados) – allie passion pour la rédaction d’oeuvres d’art et fictionnelles, sous le pseudonyme de Jean de Falaise, et collection personnelle de dessins, essentiellement français.

En 1847, il publie le premier volume (le quatrième et dernier paraîtra en 1862), Recherches sur la vie et les ouvrages de quelques peintres provinciaux de l’Ancien Régime. Cet essai lui permet de remettre au goût du jour des peintres alors totalement oubliés, tels Louis Finson (1580-1617) et Jean Daret (1614-1668).
Par ailleurs, il participe à la publication de l’Inventaire général des richesses d’art de la France.
Suprême récompense, il est élu à l’Académie des Beaux-Arts en 1879.

Néanmoins, ses soucis financiers le contraignent à vendre un ensemble de dessins d’écoles étrangères, alors qu’il parvient à conserver ses dessins français. Jusqu’à ce que la mort l’en sépare du fait d’une vente aux enchères par sa veuve, en 1900. Beaucoup de dessins sont vendus par lots non décrits. D’où une dispersion tout azimut d’une collection originellement encyclopédique, véritable témoignage de l’histoire de l’art français…

Publicité

Plus de 1.500 dessins de la collection Chennevières, la plupart signés des lettres entrecroisées P & C, sont aujourd’hui réapparus dans des collections publiques et privées, françaises ou étrangères.

Nicolas Poussin (1594-1665), Mars et Vénus, Plume et encre brune, lavis brun, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques - (c) Photo RMN / Thierry Le MageCette exposition présente 43 des 89 dessins issus de la collection duJean-Honoré Fragonard (1732-1806), Ma chemise brûle!, Lavis brun sur tracé à la pierre noire, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques - (c) RMN / Berizzi Louvre. Elle livre un aperçu exaltant de l’art français, de l’aube du XVIè siècle à la fin du XIXè siècle. Avec des oeuvres de Charles le Brun, Jacques-Louis David (Sabines), Eugène Delacroix, Nicolas Poussin (Mars & Vénus), Simon Vouet, Jean-Honoré Fragonard (Ma chemise brûle!), etc.. Eblouissant.

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *