Un musée révolutionnaire

Jean-Lubin Vauzelle, Salle du XIIIe siècle. Département des Arts graphiques, musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec - See more at: http://presse.louvre.fr/un-musee-revolutionnaire/#sthash.5e0CLOiB.dpufLe Musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir

Jusqu’au 4 juillet 2016

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Musée du Louvre, Rotonde Sully, Paris 1er

Dans le cadre de la saison consacrée au 18e siècle, après “Hubert Robert“, le musée du Louvre consacre l’ouverture de nouvelles salles au musée des Monuments français (M.M.F.).

Publicité

Fondé par le peintre Alexandre Lenoir (1761-1839) en 1795 pour sauver les monuments détruits par la Révolution, le M.M.F. a constitué le deuxième musée national, après le musée du Louvre inauguré en 1793.

Jacques-Louis David, Portrait d’Alexandre Lenoir. Département des Peintures, musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais / Angèle Dequier - See more at: http://presse.louvre.fr/un-musee-revolutionnaire/#sthash.5e0CLOiB.dpuf

Lenoir a joué un rôle primordial dans la redécouverte et l’appréciation du patrimoine français. Il a en outre permis de dépoussiérer l’image du Moyen-Age, jusque-là considéré comme une période intellectuellement et culturellement sombre.

Jean Pierre Philippe Lampué, Portail d’Anet remonté à l’Ecole des Beaux-Arts © Musée du Louvre / Département des Sculptures – Lampué - See more at: http://presse.louvre.fr/un-musee-revolutionnaire/#sthash.5e0CLOiB.dpuf

L’ancien couvent des Petits-Augustins (dans l’enceinte de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts depuis 1817) est d’abord transformé en un lieu d’exposition éphémère de tableaux et de sculptures (1793).

Deux ans plus tard, grâce à l’obstination du peintre et sa passion pour le sauvetage des oeuvres d’art, un véritable musée ouvre. Non seulement, Lenoir l’aménage (aidé des architectes Antoine-Marie Peyre et Charles Percier). Mais il en rédige les catalogues qui documentent l’histoire, le contexte et même les costumes des personnages représentés.

Si le Louvre a le monopole pour présenter la peinture et l’art antique, le M.M.F. construit une collection de sculptures, vitraux (dont ceux de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés) et quelques objets d’art (notamment, le retable de Saint-Eustache et une portion de mosaïque issue du décor de la basilique de Saint-Denis).

La salle d’introduction du M.M.F. offre un résumé de l’histoire de la sculpture, de l’Antiquité au 18e siècle. Ancienne chapelle, elle est suffisamment vaste pour accueillir des tombeaux monumentaux : monument de Diane de Poitiers, colonnes d’Anne de Montmorency et d’Henri III, monument du coeur d’Henri II, tombeau de Richelieu…

“Alexandre Lenoir n’a jamais cherché à reconstituer les monuments qu’il présentait, mais voulait leur donner un sens nouveau”, explique Geneviève Bresc-Bautier (conservateur général honoraire, département des Sculptures, musée du Louvre), co-commissaire de l’exposition. “Il en a supprimé le contexte d’origine pour les intégrer dans l’atmosphère qu’il recréait. A plusieurs reprises, il a imaginé des monuments nouveaux, dédiés à des personnages historiques, par le collage d’éléments de provenances diverses [tel le tombeau du chancelier Birague et de son épouse Valentine Balbianu], alors que les ensembles originaux étaient disséminés”, complète Béatrice de Chancel-Bardelot (conservateur en chef, musée de Cluny).

Germain Pilon, Tombeau de Valentine Balbiani. Département des Sculptures, musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Ollivier - See more at: http://presse.louvre.fr/un-musee-revolutionnaire/#sthash.5e0CLOiB.dpuf

Le M.M.F. est également doté d’un jardin. Une invitation à la promenade grâce aux essences choisies : ifs, pins, cyprès – arbres toujours verts -, saules et peupliers au feuillage léger, plantes fleuries et odorantes. Les points de vue attirent les artistes qui représentent la fontaine de la cour du château d’Anet, les tombeaux de La Fontaine, Molière, Montmorency et le mausolée dressé à Héloïse et Abélard.

Publicité

Louis XVIII fermera le M.M.F. en 1816. L’essentiel des sculptures est transféré au musée du Louvre, au musée de Cluny et dans diverses églises parisiennes (Saint-Roch, Saint-Eustache, Saint-Sulpice) qui bénéficient pour l’occasion d’une signalétique spécifique pour repérer les oeuvres issues du M.M.F.

L’exposition présente de très belles vues de l’ancien musée grâce au fonds de dessins donnés par les héritiers d’Alexandre Lenoir. Le parcours, de part et d’autre de la rotonde Sully, est dynamique et dispose de bons dispositifs multimédia. La première partie m’a particulièrement intéressée. La seconde présente les monuments aux morts… il faut savoir aimer observer tombeaux, gisants, et autre mausolée !

A noter : visite avec conférencier tous les vendredis à 14h30 et samedis à 11h30.

*Voir aussi l’exposition Hubert Robert

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Un musée révolutionnaire

  1. anne ferrette dit :

    Merci de relire votre article ou quelques perles se sont glissées. Je vous laisse corriger

  2. Sophie dit :

    Bonjour,

    Il me semble que je ne suis pas la seule à faire des coquilles (“où” et non “ou”)… ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *