Ici ailleurs

LOUIS STETTNER Tony De la série « Pepe et Tony, Pêcheurs espagnols », Ibiza, Espagne 1956 Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris ©Centre Pompidou/Dist. RMN-GP ©Louis StettnerLouis Stettner 

Jusqu’au 12 septembre 2016

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Catalogue de l’exposition : 

Publicité

Centre Pompidou, Galerie de photographie (niveau -1), Paris 4e

Suite à une donation d’une centaine de tirages d’époque, Louis Stettner (né en 1922 à Brooklyn) expose à l’âge de 86 ans dans la galerie de photographies du Centre Pompidou.

En 2013, Louis Stettner avait donné une trentaine d’épreuves au Centre Pompidou. Fier d’être exposé au Musée national d’art moderne (MNAM), qui possède actuellement le plus grand nombre de ses oeuvres de part le monde, l’artiste avait souhaité renouveler l’occasion. En visant plus grand ! C’est ainsi que le photographe donne cette fois-ci une centaine de tirages qui sont exposés dans la récente galerie de photographies du Centre Pompidou.

Le titre de l’exposition témoigne de ses allers-retours entre Paris et New York, qui ont certainement brouillé la vision qu’en a le public, ne sachant pas s’il s’agissait d’un photographe américain ou français – il s’installe à Paris en 1946, où il vit toujours -.

LOUIS STETTNER Veille de Noël, Paris,France 1950-1951 Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris ©Centre Pompidou/Dist. RMN-GP ©Louis Stettner

Selon Clément Chéroux (conservateur, chef du cabinet de la photographie du MNAM), co-commissaire de l’exposition, son oeuvre se caractérise par deux traits. La qualité atmosphérique : sa manière de capter l’air ambiant (pluie sur le bitume, neige sur le trottoir ou le rebord d’un chapeau), la luminosité plus que la lumière. Et son attention aux gestes, à la position des corps. Ainsi de Brooklyn Promenade (1954), où un homme se repose sur un banc, la tête reposée en arrière, face à la skyline de New York. Ou ce bras tendu de pêcheur dans Tony (série “Pepe et Tony, Pêcheurs espagnols”, 1956). Ou encore cette Femme au gant blanc, le doigt posé sur le visage alors qu’elle se repose dans le métro (série “Penn Station”, 1958).

Publicité

LOUIS STETTNER Femme au gant blanc De la série « Penn Station », New York, États-Unis 1958 Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris ©Centre Pompidou/Dist. RMN-GP ©Louis Stettner

Photographe, l’artiste est également peintre et sculpteur. Comme on peut le deviner dans sa série “Nude” (1981) ou Bain de soleil à Saint-Raphaël (1958). Capturer des nus permet à L. Stettner de mieux comprendre la mécanique du corps lorsqu’il s’agit de le prendre sur le vif, explique l’artiste.

Ue  belle sélection qui porte sur huit décennies de travail, d’Aubervilliers (1947) qui évoque l’humanisme de Cartier-Bresson à l’ouvrier de l’aluminium (1974-1975), en passant par la 5e Avenue, NYC, (1975) et la forêt des Alpilles (2014).

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *