Les dessins fiévreux de Polidoro da Caravaggio

Polidoro da Caravaggio, L'Adoration des Mages. Inv 4273 (c) RMN / Thierry Le MagePolidoro da Caravaggio

Jusqu’au 28 janvier 2008

Musée du Louvre, Aile Denon, 1er étage, salles Mollien 9 et 10, 75001, 01 40 20 53 17, 9€ (6€ après 18h les mercredi et vendredi)

Le musée du Louvre présente une magnifique collection de dessins de Polidoro da Caravaggio (vers 1499-1543) et de sa seule oeuvre peinte possédée en France (Les Noces d’Amour et Psyché). Parcours d’un élève de Raphaël, sombre et fiévreux.


Peu d’informations sont connues sur la vie de Polidoro da Caravaggio, hormis la biographie que lui consacre Vasari dans ses Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes, en 1550 et 1568.

Comme son nom l’indique, Polidoro est né à Caravaggio, petite ville de Lombardie, qui deviendra célèbre sous Michelangelo Merisi, dit Le Caravage (1571-1610). Sa date de naissance est fixée entre 1490 et 1499.

Polidoro da Caravaggio, Enfant endormi et deux études de sa main droite. Inv 6098 (c) RMN / Thierry Le MageEntre 15 et 20 ans, Polidoro est employé comme maçon sur le chantier des Loges du Vatican, dirigé par Raphaël (1483-1520). Alors qu’il porte des auges de chaux, il observe les artistes travailler, apprenant à dessiner et à peindre. Raphaël remarque ses dons et le prend sous sa tutelle.

A la mort de son maître, Polidoro se lie au peintre florentin Maturino. Ils se spécialisent dans la peinture en grisaille or ou en camaïeu des façades des palais romains, imitant les bas-reliefs antiques. Un genre que Raphaël n’avait pas exploité, contrairement à son rival siennois, Baldassare Peruzzi (1480-1536).

A la suite du saccage de Rome en 1527, au cours duquel Maturino trouve la mort, Polidoro fuit à Naples, puis à Messine. Les affaires de Polidoro fleurissent de nouveau. Mais l’artiste reste nostalgique de sa vie à Rome. Décidant de repartir pour la capitale italienne, il ferme son compte. Un cupide apprenti, qui espérait hériter de l’atelier et des biens de Polidoro, le fait assassiner. Il fait porter son cadavre devant la porte de l’amante de Polidoro, espérant faire croire à un drame de jalousie. Malheureusement pour lui, la mayonnaise ne prend pas, et il est arrêté.

Publicité

Polidoro da Caravaggio, Homme à terre, attaqué par un ours et un chien. Inv 10703 (c) RMN / Thierry Le MageLes sanguines de Polidoro démontrent une grande vivacité d’observation, une finesse et une humanité des traits, un pathos poignant. L’artiste invente un genre de dessin pictural où la tension se ressent, où la beauté est sombre et singulière.

“Un homme naturellement doué, averti, mais insouciant des voies académiques, un homme plus porté, comme le dit Vasari, par l’ingegno, le talent inné, que par l’arte, l’art acquis, l’apprentissage, un homme qui se laisse aller à son instinct de dessinateur, irrégulier et ténébreux, et en quête d’une beauté monstre”, résume poétiquement le commissaire de l’exposition, Dominique Cordellier (conservateur en chef au département des Arts graphiques du musée du Louvre).

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *