Exposition Outre-Manche

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on Pinterest

Claude Monet, La Dame en blanc au jardin, 1867 (c) The State Hermitage Museum. Photography: Vladimir TerebeninPainting the Modern Garden – Monet to Matisse

Jusqu’au 20 avril 2016

Catalogue de l’exposition : 

Royal Academy of Art, Burlington House, Piccadilly, Mayfair, Londres

Aujourd’hui, petite traversée Outre-Manche pour aller admirer Claude Monet en particulier, magnifiquement mis en scène à la Royal Academy of Art, autour de la thématique du jardin.

Exposition exceptionnelle, tant par les oeuvres rassemblées que par la conviction affichée du co-commissaire de l’exposition, William H. Robinson (conservateur du département d’art moderne européen du Cleveland Museum of Art) : Claude Monet est LE plus grand peintre de jardins dans l’histoire de l’art !

L’exposition met en avant la relation symbiotique de Monet avec ses jardins – il en aménage dans chacune de ses maisons, de Sainte-Adresse à Giverny. « Je dois peut-être à mes fleurs d’être devenu peintre », avançait l’artiste.

Claude Monet, Spring Flowers, 1864. Photo © The Cleveland Museum of Art

Le parcours débute avec les oeuvres de jeunesse de Monet sur la représentation du jardin et se termine sur ses toiles de fin de vie : le triptyque Agapanthus (1916/19), rassemblé pour la première fois en Grande-Bretagne (chaque panneau a été vendu à trois musées américains : The Nelson-Atkins Museum of Art, Kansas City ; The Cleveland Museum of Art ; Saint Louis Art Museum). Le triptyque est présentée de manière ovale, à l’image de la scénographie du musée de l’Orangerie, afin d’envelopper le visiteur de ses touches quasi-abstraites, annonçant l’Expressionniste Abstrait. Ann Dumas (conservatrice à la Royal Academy of Art) avance que cette oeuvre monumentale serait une réponse du peintre aux événements tragiques de la Première Guerre mondiale. Une manière de restaurer de l’harmonie et de la paix dans un monde déstructuré.

Claude-Oscar Monet, Water Lilies (Agapanthus), 1915-26 Photo © The Nelson-Atkins Museum of Art, Kansas City, Missouri. Photography: Louis Meluso

Le jardin est indéniablement un moyen de se reconnecter avec la nature à une époque où l’industrialisation est galopante. C’est aussi une manière d’occuper son temps libre, idée moderne par excellence, au coeur du mouvement impressionniste.

Joaquin Sorolla, Louis Comfort Tiffany, 1911. Photo (c) Courtesy of The Hispanic Society of America, New York

Au début du XXe siècle, la thématique du jardin dans la représentation picturale devient un phénomène international. L’exposition présente ainsi une salle, entourée de cimaises vertes – tels des treillis – consacrée aux représentations de jardins autour du monde (Joaquin Sorolla, John Singer Sargent, Max Liebermann, Karl Nordström, etc.).

Max Liebermann, Die Blumenterrasse im Wannseegarten, 1915. Photo © Die Lübecker Museen. Museum Behnhaus Drägerhaus

Oeuvres encore plus surprenantes : celles des avant-gardistes : des coquelicots d’Emil Nolde au jardin sur le lac Attersee de Gustam Klimt,  dont les fleurs forment une mosaïque pailletée qu’il construit en forme pyramidale, à l’instar de la représentation de ses célèbres couples en contre-plongée. Sans oublier Matisse, Klee, Kandinsky et Van Gogh, qui voit dans le jardin non seulement une oeuvre à contempler mais aussi un champ qui exprime le tumulte de ses émotions intérieures.

Emil Nolde, Flower Garden (O), 1922 © Nolde Stiftung Seebüll

Une exposition brillante ! Les oeuvres rassemblées sont à tomber en pâmoison et le parcours se clôt sur une expérience envoûtante. L’exposition à elle seule mérite le déplacement à Londres !

 

 

 

Avec mots-clefs .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à Exposition Outre-Manche

  1. Pingback:Le 7e art sur les rails Cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *