La Triennale 2012


1 Flares Twitter 0 Facebook 1 Google+ 0 Pin It Share 0 LinkedIn 0 1 Flares ×

Intense Proximité

Jusqu’au 26 août 2012

Palais de Tokyo et lieux associés (Musée Galliera, Grand Palais, Musée du Louvre, Bétonsalon, Laboratoires d’Aubervilliers, Instants Chavirés, Crédac)

 

Pour sa réouverture, le Palais de Tokyo voit grand. Ou plutôt, il offre large à voir! L’institution accueille la troisième édition de l’événement « La Force de l’Art » (2006 et 2009), rebaptisé « La Triennale« . Avec pour directeur artistique Okwui Enwezor – une légende dans le monde des commissaires d’exposition – et comme thématique « L’Intense Proximité ». Tout un programme!

Le Palais de Tokyo fait peau neuve avec l’ouverture de son sous-sol, alors inoccupé depuis la Seconde Guerre mondiale, lorsque les Nazis avaient utilisé cet espace gigantesque (il s’étend de l’Avenue du Président Wilson aux bords de la Seine) pour stocker ce qu’ils réquisionnaient aux Juifs.

L’espace d’exposition s’étend ainsi du RDC au sous-sol, le premier étage n’étant pas encore accessible au public. Mais voilà déjà de quoi combler toute soif de consommation visuelle artistique!

Je parle de consommation, avec sa connotation péjorative, car devant tant d’oeuvres – 113 artistes exposés, ce qui fait du Palais de Tokyo, l’espace d’art contemporain le plus important d’Europe -, comment ne pas penser à l’abondance qui caractérise nos sociétés modernes? Et qui touche dorénavant ce domaine que l’on dit sacré de l’art?

Honnêtement, ce côté monumental ne m’a pas plu. J’ai eu l’impression d’être étouffée par toutes ces oeuvres, que l’on ne peut apprécier dans leur singularité tant il y a en à voir.

Pour autant, la problématique d’Okwui Enwezor (directeur de la Haus der Kunst à Munich et D.A. de Documenta 11 à Kassel) à l’origine de cette (sur)exposition est intéressante. Elle pose la question de la place de l’artiste et de son oeuvre dans notre monde globalisé. Le commissaire prend ainsi le contrepied de l’objectif de « La Force de l’art », qui voulait promouvoir « l’art français ». Comment, de fait, prétendre qu’une esthétique nationale puisse exister? A l’inverse, O. Enwezor évoque ce rapprochement que crée l’abolition des frontières tant physiques (jusqu’à celle du public face à l’oeuvre de l’artiste) que psychiques.

Mettant en avant l’importance des études ethnologiques dans la production de l’art des vingts dernières années – sous l’influence de Lévi-Strauss ou de Marcel Mauss notamment -, O. Enwezor envisage cette exposition comme une « méditation sur la transition qui s’est opérée entre la démarcation spatiale proche/lointain, et le réseau intriqué des identités culturelles contemporaines. »

A cette aune, je citerai, parmi les oeuvres qui m’ont marquées, celle du Britannique Chris Ofili, aux couleurs éclatantes et siglées d’une bouse d’éléphant, qui se moquent des stéréotypes sur les Noirs. Dans Triple Bean Dreamer, (2001-2002), qui fait référence à l’Olympia de Manet (1863), l’artiste place la servante noire dans une clairière de bourgeons de cannabis et de drôles de paillettes.

La vidéo du Suisse Thomas Hirschhorn, Touching Reality, montre des corps déchiquetés dont l’ensemble forme une sorte de mappemonde des conflits (Irak, Afghanistan). Images de destruction massive qui sont ordinairement censurées par les médias traditionnels mais diffusées sur Internet.


Plus poétique, l’oeuvre de l’Américaine Marcia Kure, Split Personality et You Know Who (2012), expose deux séries de dessins oscillant entre figuration et abstraction, formes mi-animalières mi-humaines, prolongées d’appendices représentés comme dans les dessins animés. Figures délicates que l’on retrouve dans d’autres travaux de l’artiste, sous une capuche ou derrière un voile.

 

En revanche, point d’empathie pour le grillage de D. Buren, l’installation d’Annette Messager Motion/Emotion (2009-2011) qui met en scène des silhouettes-fantômes voletant grâce aux ventilateurs (alors que j’ai aimé son travail au musée du quai Branly pour « Les Maîtres du Désordre« ) ou l’imitation d’Ikebana de Camille Henrot. Mince, que des artistes « français »…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 Flares Twitter 0 Facebook 1 Google+ 0 Pin It Share 0 LinkedIn 0 1 Flares ×

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>