“Le monde m’aime comme un chien stupide”, Jimmie Durham

“Le monde m’aime comme un chien stupide”, Jimmie Durham

Jimmie Durham, Encore tranquilité, 2008. Avion, pierre. Courtesy de Pury & Luxembourg, Zurich (c) Roman MärzJimmie Durham – Pierres rejetées…

Jusqu’au 12 avril 2009

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11 avenue du Président Wilson 75116, 5€

“Le monde m’aime comme un chien stupide”, affirme Jimmie Durham. Cliché de l’artiste mal aimé, mal compris. De fait, son oeuvre s’inscrit dans un cheminement artistique anti-fédérateur.  L’artiste vise à combattre toute forme de hiérarchie, de catégorie rationnelle, d’attachement à un quelconque mouvement. Il revendique une liberté non assujettie aux normes sociétales et géographiques – à peine installé dans un pays, il le quitte. Pas étonnant que le public ait du mal à suivre…

Lire la suite

La joie de vivre de Dufy

La joie de vivre de Dufy

Raoul Dufy, Barques à Martigues, 1908. Collection particulière (c) Courtauld Institute of Art Gallery, Londres / Adagp, Paris 2008Raoul Dufy – le plaisir

Jusqu’au 11 janvier 2009

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11 avenue du président Wilson 75116, 9€

“Raoul Dufy est plaisir”. A partir de cette citation de l’écrivain américain Gertrude Stein, le musée d’Art moderne de la Ville de Paris a organisé une importante rétrospective de l’oeuvre de Raoul DUfy (1877-1953), centrée sur le pouvoir des couleurs de l’artiste pour célébrer la vie.
Lire la suite

Ondulations optiques

Ondulations optiques

Blaze 3 (Eclat 3), 1963. Acrylique sur carton. 95,3 x 95,3 cm. Collection particulière, Londres (c) Bridget Riley / Courtesy Karsten Schubert, LondonBridget Riley. Rétrospective

Jusqu’au 14 septembre 2008

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11, avenue du Président Wilson 75116, 01 53 67 40 00, 7,50€

Peu connue en France, l’artiste britannique, Bridget Riley (née en 1931) se voit consacrer une rétrospective au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Son oeuvre se caractérise par une mise en scène abstraite qui joue sur les effets d’optiques. Profondément perturbant pour les sens.

Lire la suite

Double exposition de Jonathan Monk

Double exposition de Jonathan Monk

Jonathan Monk, Stanionary Metamorphosis Within a Geometric Figure, 2008. Bicyclette portebagage en acier inoxydable. 132 x 245 x 65 cm. Courtesy Nicolai Wallner. Photo Didier BarrosoTime Between Spaces

Jusqu’au 24 août 2008

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris et Palais de Tokyo, 11 et 13 avenue du Président Wilson 75116

Pour sa première exposition parisienne, Jonathan Monk (né en 1969) investit une partie du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris (MAMVP) et est inclus de manière concomittante dans la programmation de Superdome, la nouvelle exposition expérimentale du Palais de Tokyo. Déboussolement assuré!

Lire la suite

Le fog onirique de Peter Doig

Le fog onirique de Peter Doig

Milky Way, 1989-90. Huile sur toile, 152 x 203,5 cm. Collection de l'artiste (c) Peter DoigPeter Doig

Jusqu’au 7 septembre 2008

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11, avenue du Président Wilson 75116, 01 53 67 40 80, 5€

Le musée d’Art moderne de la Ville de Paris consacre une première monographie à l’artiste écossais Peter Doig (né en 1959). Aujourd’hui le peintre habite à Trinidad – un lieu où “le paysage est omniprésent et très puissant”. Comme le révèlent ses peintures, engluées dans un brouillard dense qui évoque un état de semi-conscience.

Lire la suite

Première rétrospective française sur A.R. Penck

Première rétrospective française sur A.R. Penck

A.R. Penck, Meeting (Rencontre), 1976. Acrylique sur toile, 285 x 285 cm. Musée d'art moderne, Saint-Etienne Métropole (c) A.R. Penck, Courtesy Galerie Michael Werner, Cologne & New YorkA.R. Penck – Peinture, Système, Monde

Jusqu’au 11 mai 2008

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11, av. du Président Wilson 75116, 01 53 67 40 00, 7,50€
Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente une rétrospective ambitieuse sur l’oeuvre de Ralf Winkler, dont le pseudo le plus courant est A.R. Penck. Peintures, sculptures, mais aussi textes, synthétisent le thème de prédilection de l’artiste: comment communiquer dans notre monde confronté à la division, aux contradictions?

Lire la suite

L’art finlandais se dévoile au MAM

L’art finlandais se dévoile au MAM

Helene SCHJERFBECK, Autoportrait, 1912. Huile sur toile, 43,5 X 42 cm. Ateneum Art Museum, Finnish National Gallery. Collection particulière, Helsinki (c) ADAGP, Paris, 2007Helene Schjerfbeck (1862-1946)

Jusqu’au 13 janvier 2008

Musée d’Art moderne de la ville de Paris, 11 avenue du Président Wilson 75116, 01 53 67 40 00, 8€

Le musée d’Art moderne de la ville de Paris propose pour la première fois en France une monographie complète de l’oeuvre d’Helena Sofia Schjerfbeck (1862-1946). Un art réaliste qui échappe au romantisme national ambiant et, de ce fait, la marginalise. Le succès ne se fait pas attendre pour autant.

Lire la suite

Kara Walker ou la caricature du primitivisme moderne

Kara Walker ou la caricature du primitivisme moderne

Kara WALKER, Sans titre, 2001-2005. Collage sur papier. 40,6 x 29,2 cm. Collection privéeKara Walker: Mon ennemi, Mon Frère, Mon Bourreau, Mon Amour

Jusqu’au 9 septembre 2007

Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 11 avenue du Président Wilson 75116, 01 53 67 40 00, 5€

Artiste afro-américaine, Kara Walker suscite autant de polémique dans le camp “blanc” que “noir”. Comme le laisse à penser la première rétrospective européenne consacrée par le musée d’Art Moderne de la Ville de Paris à la talentueuse jeune femme (née en 1969), qui caricature avec plaisir, sensualité, et provocation, le “je t’aime, je te hais” entre les Blancs et les Noirs Américains.

Lire la suite

La “vive sympathie d’art” entre Rouault et Matisse

La “vive sympathie d’art” entre Rouault et Matisse

Rouault, Matisse, Correspondances

Jusqu’au 11 février 2007
Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 11 avenue du Président Wilson 75116,
01 53 67 40 00

C’est dans l’atelier de Gustave Moreau – leur professeur à l’Ecole des beaux-arts – que Georges Rouault (1871-1958) et Henri Matisse (1869-1954) développent une amitié de caractère qui se prolonge dans leur art.
Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris met en parallèle les oeuvres des deux artistes, inspirés tous deux – sur le modèle de leur “patron” Moreau – par la matière couleur.

Lire la suite