Les Beaux-Arts de Rouen invités à l’Institut Néerlandais

Abraham Bloemaert (Gorinchem 1564 - Utrecht 1651), Allégorie du Génie?. Huile sur toile (c) Musée des Beaux-Arts de RouenMaîtres du Nord – Tableaux du musée des Beaux-Arts de Rouen

Jusqu’au 24 janvier 2009

Institut Néerlandais, 121, rue Lille 75007, 6€

Par une froide journée automnale, il est toujours réconfortant de découvrir des chefs-d’oeuvre sans que l’on s’y attende. L’Institut Néerlandais (I.N.) accueille 51 oeuvres issues du fonds nordique des Beaux-Arts de Rouen. Si le musée est bien connu pour son Caravage (La Flagellation du Christ, 1606/07) et sa collection d’art français, de F. Clouet aux Impressionnistes, il l’est moins en revanche pour ses toiles flamandes et hollandaises.


Gerard ter Borch (Zwolle 1617 - Deventer 1681). Intérieur d'estaminet, 1636? Huile sur panneau (c) Musée des Beaux-Arts de RouenLes artistes du XVIIe siècle – l’Age d’Or de la peinture nordique – caractérisent leur production par des petits formats représentant des scènes de genre. En particulier, Gerard ter Borch qui réalise de mystérieuses compositions comme Intérieur d’estaminet (1636?).

Maerten de Vos (Anvers 1532 - Anvers 1603). Eliezer et Rebecca à la fontaine. Huile sur panneau. Signé et daté en bas à gauche M. Vos 1562 (c) Musée des Beaux-Arts de RouenL’exposition de l’I.N. prouve qu’ils excellent également dans les grands formats de peinture historique. En atteste la première salle de l’exposition qui présente les oeuvres d’impressionnante facture de Maerten de Vos (Eliezer et Rebecca à la fontaine, 1562) et de Nicolaes Berchem (Concert sur une place publique).
Lambert Jacobsz. (Amsterdam vers 1595 - Leeuwarden 1636). Saint Jean L'Evangéliste, vers 1625/30. Huile sur toile (c) Musée des Beaux-Arts de RouenViennent ensuite:
– les paysages à tendance italianisante,
– les portraits avec trois surprenantes oeuvres: Allégorie du Génie? du peintre d’histoire Abraham Bloemaert, Figure allégorique de Paulus Bor et Saint-Jean L’Evangéliste de Lambert Jacobsz,
– les nature mortes autour de Jan Davidsz. de Heem (Grappe de fruits) ou Willem Kalf (Nature morte aux vases et plats dorés).

Les oeuvres, magnifiquement restaurées, bénéficient en outre d’un support pédagogique grâce aux cartels descriptifs qui soulignent la valeur ajoutée par chaque peintre.

Publicité

Cette très belle exposition complète idéalement ses consoeurs du musée Jacquemart-André et de la Pinacothèque de Paris (offre spéciale partenariat dans le cadre “Paris Capitale du Nord”, tarif réduit sur présention du billet d’entrée).

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *