Contes zen

Les turpitudes du cercle de Lou Ma Ho
Editions Centon, novembre 2012, 112p., 12€

[amazon_link id= »2915384185″ target= »_blank » container= » » container_class= » » ]ACHETER CE LIVRE[/amazon_link]

Treize contes extrême-orientaux…écrits par un Occidental. De fait, on se rend vite compte que Marc-Olivier Louveau, alias Lou Ma Ho (« celui qui diffuse la parole de Confucius en Occident »), s’inspire seulement de la trame et de l’esprit de contes asiatiques pour faire des Turpitudes du cercle une fiction destinée à l’éducation des Occidentaux par rapport à l’esprit zen.

Maître de Wu Dao (art martial sino-vietnamien), l’auteur est un fin connaisseur de l’Asie. Conteur mais aussi réalisateur, M.-O. Louveau a adapté sur grand écran, notamment, Les Fils du ciel (documentaire sur l’histoire des arts martiaux vietnamiens, 2000), L’Eveil du moine (court-métrage, 2005), Koan de printemps (sortie prévue en France en 2013) dont est révélée ici la nouvelle.

Samouraïs, rônins, sabre, art floral (ikebana) et art du thé (chanoyu), peuplent ces contes zen dont la base est le koan -problème que le maître donne à résoudre à ses disciples. Pas seulement avec leur esprit, comme dans la culture cartésienne, mais avec tout leur être, corps y compris.

« Soudain, dans un éclair, le sabre de Yasuyuki siffla et frappa trois fois, emportant la vie de trois samouraïs qui s’écroulèrent tour à tour. -Voilà, vous êtes contents, cria Yasuyuki avec amertume. Si vous aviez été aussi grands samouraïs que vous le prétendiez, vous n’auriez pas oublié que la faiblesse feinte a toujours l’avantage sur la force affichée. Kim rangea son sabre et se dépêcha de se maquiller. Dans la pièce suivante, il jouait le rôle d’un moine zen » (p.72).

Si l’on ne connaît pas la culture zen, ce recueil de nouvelles est un parfait guide d’initiation. Humour et poésie conduisent à un apprentissage en douceur. Lorsqu’on est déjà familier avec les principes de cette philosophie, on sourit de la technique d’enseignement de l’auteur, dont les ressorts littéraires frisent parfois la parodie (exacerbation de la sagesses des uns, de la bêtise des autres, fin sous forme de parabole). Dans tous les cas, le lecteur prend plaisir à découvrir ces contes qui apportent à leur lecture joie et sérénité.

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *