Kupka

Pionnier de l’abstraction

Jusqu’au 30 juillet 2018

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Catalogue de l’exposition : 

Galeries nationales du Grand Palais, entrée square Jean Perrin, Paris 8e

Le Grand Palais propose une rétrospective de l’oeuvre de l’artiste tchèque Frantisek Kupka (1871-1957). Depuis ses débuts marqués par le symbolisme jusqu’à ses dernières réalisations abstraites, dont il a été un pionnier en la matière.

Publicité

Le parcours présente ses chefs-d’oeuvre symbolistes, ses portraits expressionnistes parisiens, son passage à l’abstraction en 1912, ses peintures organiques saturées de couleurs jusqu’à son abstraction géométrique finale. Parallèlement, sa personnalité ésotérique est mise en valeur. L’exposition souligne son intérêt pour la philosophie, les cultures anciennes et orientales, les religions, la poésie et la science avec une période dite « machiniste » à la fin des années 1920, peu connue.

Kupka naît en Bohême orientale. Il étudie à l’Ecole des Beaux-Arts de Prague puis de Vienne. Il se forme à la philosophie allemande (Schopenhauer, Nietzsche), grecque (Platon) ; à la littérature classique (Dante, Milton, Heine) ; il lit de nombreux ouvrages scientifiques (astronomie, anatomie, chimie, histoire naturelle), des traités de théosophie et d’occultisme.

Le jeune homme se fait connaître en réalisant Le Dernier Rêve de Heine mourant (toile perdue), exposée à Vienne en 1894 ; oeuvre qui retient l’attention de l’impératrice Elisabeth (« Sissi »), ce qui lui attire plusieurs commandes de l’aristocratie autrichienne.

En 1896, Kupka s’installe à Paris. Il gagne sa vie en réalisant des dessins satiriques pour la presse. Quatre ans plus tard, il participe à l’Exposition universelle, dans la partie tchèque de la section autrichienne. Il y expose Les Fous, oeuvre graphique pour laquelle il reçoit une médaille d’argent. Il envoie Les Copistes à l’Exposition de la Sécession à Vienne.

En 1902, il illustre avec succès la totalité du numéro de L’Assiette au beurre, consacré à l’argent (n°41, 11 janvier).

Kupka envoie pour l’Exposition universelle de Saint Louis (Etats-Unis) Epona-Ballade. Les Joies, qui lui vaut une médaille d’or.

En 1905, il suit des cours de physique, physiologie et biologie à la Sorbonne. Il dessine les travaux du métro pour L’Illustration.

Un an plus tard, il participe pour la première fois au Salon d’automne, avec Soleil d’automne (Prague, Narodni Galerie).

En 1909, Kupka peint Les Touches de piano, qui se reflètent dans les eaux d’un lac. Cette oeuvre préfigure ses premières oeuvres abstraites, dont Nocturne (1911 ; Vienne, Museum Moderner Kunst).

Il rédige en français La Création dans les arts plastiques (achevé en 1913), qui sera par la suite traduit en tchèque.

Pendant la Première Guerre mondiale, il s’engage mais est évacué pour des raisons de santé. En 1919, il devient capitaine dans le corps artistique de l’armée tchécoslovaque. Il rencontre l’industriel tchèque Jindrich Waldes, qui devient son mécène. Il réalise pour son entreprise Koh-i-noor des affiches publicitaires.

Au sortir de la guerre, il se rend souvent à Chartres pour étudier les vitraux et l’architecture gothique.

Kupka devient professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris (1922).  Il débute une série de tableaux consacrés aux formes de couleurs. Il entame des recherches sur les lignes brisées (Energique sur fond violet, 1925 ; Paris, MNAM) et une série inspirée par les machines (L’acier boit, 1927 ; Paris, MNAM).

En 1936, l’artiste participe à l’exposition « Cubism and Abstract Art » au MoMA, avec trois oeuvres : Disques de Newton (1911/12), Plans verticaux III (1912/13), Jeux élémentaires (1931). Il expose également au Jeu de Paume des Tuileries à Paris ; c’est sa première exposition personnelle dans une institution française.

Son mécène est interné dans les camps de la mort à Buchenwald en 1939. Libéré en 1941 contre rançon, il meurt peu après.

Publicité

A partir de 1946, Kupka participera régulièrement au Salon des Réalités Nouvelles. L’Etat tchécoslovaque lui achète une vingtaine de peintures à l’occasion de son 75ème anniversaire. L’année suivante, le MNAM lui achète Autour d’un point (1920/25). A 80 ans, il signe son premier contrat avec le marchand d’art Louis Carré, qui lui consacre une exposition dans sa galerie new-yorkaise. En 1956, Alfred H. Barr lui achète plusieurs toiles pour le MoMA.

L’artiste meurt en juin 1957 d’un cancer du poumon. Trois bleus et trois rouges et Traits animés (Paris, MNAM) sont exposés en juillet, à l’ouverture du douzième Salon des Réalités Nouvelles.

Le plan, la ligne, le trait : tels sont les caractéristiques essentielles qui animent les oeuvres de Kupka à partir du moment où il bascule dans l’abstraction. Le parcours permet de bien mettre en avant l’évolution de sa quête artistique, d’observer comment ses figures humaines s’épurent progressivement pour ne devenir plus que des lignes. Les oeuvres figuratives ne concernent qu’un petit tiers de l’exposition. Ses premières oeuvres abstraites restent intéressantes par leur étude du mouvement et émouvantes par leurs couleurs, comme si une musicalité s’échappait d’elles. Les dernières deviennent très conceptuelles, froides, perdent de leur ascendant artistique au profit d’une logique mathématique qui m’a complètement échappée !

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *