La France d’Avedon

« La France d’Avedon. Vieux monde, New Look » du 18 octobre 2016 au 26 février 2017. Bibliothèque nationale de france. Richard Avedon, New York, novembre 1966. Photographie J H Lartigue © Ministère de la Culture - France / AAJHLVieux monde, New Look

Jusqu’au 26 février 2017

(Evitez les files d'attente: achetez vos billets en ligne en cliquant ici !)

Catalogue de l’exposition : 

BnF François Mitterand, Quai François Mauriac, Paris 13e

La Bibliothèque nationale de France présente une exposition sur le célèbre photographe américain Richard Avedon (1923-2004), avec pour angle ses liens particuliers avec l’Hexagone ; ce qu’il a apporté à son art et inversement.

L’exposition raconte une histoire en trois parties, à travers différents supports.

Audrey Hepburn, Mel Ferrer et Buster Keaton dans «Paris Pursuit» pour Harper’s Bazaar, Paris, 9 août 1959 Photographie Richard Avedon © The Richard Avedon Foundation

Un film : Funny Face (Drôle de frimousse), réalisé par Stanely Donen (1956). Avedon y est « consultant visuel ». Il intègre la photographie de mode et les astuces de son métier au grand écran, dans une comédie musicale hollywoodienne, qui renvoie une image fantasmée de Paris. Les photographies de mode d’Avedon pour le film sont montrées pour la première fois au public. Des écrans permettent de visualiser les séquences de mode, jusqu’à l’arrêt sur image (freeze frame) – moment capturé par l’appareil photo d’Avedon et filmé ensuite par S. Donen -, pour être intégré au flux cinématographique.
Il est amusant de noter que dans cette première section, seul un petit portrait au photomaton de Audrey Hepburn, entourée de Mel Ferrer et Truman Capote, a été prise par Avedon. Le reste, de format panoramique, se compose de reproductions issues du film.

Un livre : Diary of a Century. En 1968, l’artiste vient travailler à Paris pour l’édition de cette monographie de Jacques Henri Lartigue. Il offre au photographe français une valorisation de ses images et sa reconnaissance à l’étranger, au-delà de la Belle-Epoque où sa réputation était alors cantonnée.

Un magazine : Egoïste. Il collabore à partir de 1985 (et jusqu’à sa mort) avec ce magazine français dédié aux arts (littérature, performance, théâtre, danse). « Egoïste est le seul magazine au monde à me donner une liberté d’expression complète », confiait le photographe.

François Truffaut et Jean-Pierre Léaud, réalisateur et acteur, Paris, 20 juin 1971 Photographie Richard Avedon © The Richard Avedon Foundation

Dans cette section figurent également ses célèbres portraits, de Jean Cocteau à François Pinault, en passant par Coco Chanel, Catherine Deneuve, Sylvie Guillem, Yannick Noah, etc. Ces personnalités françaises rappellent l’importance de la danse – Avedon est l’auteur du célèbre jumping en photographie -, de la littérature et du spectacle dans son oeuvre.

Le parcours se termine sur le Bal Volpi à Venise – série photographique qui met en scène le déclin de l’aristocratie européenne. Et la série Kate’s Story (1991), ciné-roman sur un ménage à trous, qui explore les stéréotypes de la beauté féminine, revue et corrigée par Avedon.

Le parcours met l’accent sur le processus créatif et expérimental d’Avedon, aidé en cela d’une scénographie particulièrement soignée. L’exposition offre un regard différent sur ce photographe de mode, l’un des plus connus au monde.

 

 

 

 

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *