L’éveil de la Chine moderne

Gao Qifeng, Neige dans la gorge Wu, 1916. Encre et couleurs sur papier (c) Hong Kong Museum of ArtL’école de Lingnan

Jusqu’au 28 juin 2015

Catalogue de l’exposition : 

Site du Musée Cernuschi, Paris, 7 avenue Vélasquez, Paris VIII

Premier mouvement d’avant-garde de la Chine républicaine, l’école de Lingnan commence depuis peu à susciter l’intérêt des historiens de l’art et du public. Le musée Cernuschi met au jour son rôle dans la naissance de la modernité artistique du pays, au début du XXe siècle.

Née au Guangdong (actuelle région de Canton), l’école de Lingnan a souffert de sa dimension régionale et de sa position chronologique intermédiaire entre la tradition artistique et l’essor de la modernité chinoise avec les grands maîtres Xu Beihong (1895-1953) et Lin Fengmian (1900-1991)). En outre, sa renommée a pâti de son inspiration du nihonga – mouvement rénovateur de la peinture traditionnelle japonaise, fondé sur la technique de la peinture à l’encre sur papier ou sur soie – qui a été rejetée dès les prémices de la seconde guerre sino-japonaise (1937-1945).

Le parcours commence par retracer la naissance de cette école, en montrant les oeuvres des trois maîtres fondateurs : Chen Shuren (1884-1948), Gao Jianfu (1879-1951) et Gao  Qifeng (1889-1933). Il explique les principes qui la régissent : importance de la représentation d’après nature, peinture sans trait de contour et techniques zhuanshui et zhuangfen (vaporisation d’eau ou de pigments à la surface de l’oeuvre afin de donner, une fois les couleurs séchées, une impression de relief et une délicatesse des teintes).

L’exposition s’attarde ensuite sur l’influence artistique japonaise, qui sert de modèles aux réformateurs de l’art académique ; en particulier, les oeuvres de Takeuchi Seiho (1864-1942) et Yamamoto Shunkyo (1871-1933). Cette influence japonaise sert de relai en Chine pour introduire les cultures étrangères.

Les temps troublés que connaît la Chine du XXe siècle incitent les artistes à questionner les implications sociales et politiques de leur travail. Ils recourent à un langage militant métaphorique. Ainsi le kapotier, arbre des héros, devient un sujet récurrent, tandis que les animaux représentés de manière dynamique affichent des muscles bandés, symboles de leur passage à l’action. Les artistes innovent également en représentant des personnages du commun, ancrés dans leur temps, plutôt que de glorifier les figures de lettrés ou de saints.

Chen Shuren, Lions en alerte au crépuscule, 1938. Encre et couleurs sur papier (c) Hong Kong Museum of Art

Gao Jianfu se distingue en représentant des paysages exotiques, suite à son voyage en Inde et en Asie du Sud-Est au début des années 1930. Côté calligraphie, il exacerbe l’expressivité de son écriture par des oscillations nerveuses et des changements d’échelle brusques. Enfin, cet artiste est réputé être le premier à avoir représenté des avions et des tanks.

Gao Jianfu, Les faibles sont la proie des forts, 1914/28. Encre et couleurs sur papier (c) Hong Kong Museum of Art

Chen Shuren, lui, se démarque en peignant des aplats colorés cernés d’épais traits de contour, « créant ainsi un style inédit au sein de la tradition chinoise », commente Mael Bellec, commissaire de l’exposition (conservateur du patrimoine).

Les oeuvres présentées sont d’un niveau inférieur à ce que j’ai l’habitude de voir dans ce musée, où je suis souvent émerveillée du raffinement des toiles. Cela dit, si vous cherchez une idée de sortie avec des enfants, je pense que c’est une exposition facile à voir avec eux car les sujets (fleurs, animaux) les intéresseront. Preuve en est, lors de ma visite, une vingtaine d’enfants d’un centre de loisirs ont débarqué !

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *